Une femme devant un graphique de DCA en bourseUne femme devant un graphique de DCA en bourse
Cet article contient des liens affiliés. En savoir plus

Peut-être que vous êtes de plus en plus intéressé(e) à l’idée d’investir en bourse régulièrement, mais vous avez encore quelques peurs.

Et une peur fréquente, c’est celle d’investir son argent au mauvais moment. Par exemple, juste avant un krach boursier qui va durer plusieurs années. Oups.

Heureusement, il existe des moyens de limiter ce risque, et c’est justement ce que permet le DCA en bourse.

Mais si le DCA a ses avantages, il faut savoir qu’il a des inconvénients qu’il est aussi (très) important de connaître.

Dans cet article, je vous explique avec des mots simples ce qu’est le DCA, comment ça fonctionne, ses avantages et ses limites.

Qu’est-ce que c’est, le DCA ?

DCA, c’est un acronyme un peu barbare pour le terme anglais de Dollar Cost Averaging.

Ou pour dire ça encore plus simplement dans notre langue bleu-blanc-rouge, on peut parler d’investissement programmé.

Et sa définition est elle aussi assez simple : le DCA, c’est le fait d’investir à une fréquence définie à l’avance une certaine somme d’argent en bourse (le même montant tous les mois, tous les trimestres, etc.).

Exemple

Par exemple, vous décidez d’investir chaque mois 200 € depuis votre Plan Épargne en Actions (PEA), peu importe si les marchés montent ou chutent. Dans ce cas, vous faites ce qu’on appelle du DCA. Simple, basique.

Le but du DCA, c’est de vous protéger de l’impact de ce qu’on appelle la volatilité : les hausses et les baisses des marchés. Attention : le but, c’est de limiter le risque. La volatilité en bourse, c’est comme l’odeur de transpi dans les transports en commun : on ne peut jamais vraiment y échapper.

Mais comme on va le voir juste après, le DCA permet de moins ressentir les secousses.

Comment fonctionne le Dollar Cost Averaging ?

Dans un scénario idéal, vous pourriez investir vos petits euros quand les marchés sont au plus bas, juste avant qu’ils ne remontent, et revendre vos investissements une fois qu’ils ont bien pris de la valeur.

Le problème ?

À moins de savoir lire les cartes ou manier une boule de cristal, on ne peut pas savoir si les marchés vont monter ou augmenter. Et on ne peut donc jamais vraiment savoir si on achète au plus bas ou non.

Essayer d’investir en attendant le “moment opportun” en bourse, c’est souvent une recette pour un désastre, surtout pour des investisseurs particuliers. Statistiquement, vos chances de succès sont très faibles.

Avec le DCA, on arrête de se demander si c’est le “bon moment” ou pas, et on décide d’investir le même montant tous les mois quoi qu’il arrive. Parce que le vrai bon moment, c’est simplement quand notre situation nous permet de le faire.

En faisant du DCA, on se pose moins de questions : on investit quand les marchés sont bas mais aussi quand ils sont hauts. En termes un peu plus techniques, on “lisse” notre entrée sur les marchés.

Et cette stratégie a ses avantages, mais aussi ses inconvénients.

Les avantages et les inconvénients du DCA en bourse

Pour vous aider à décider si le Dollar Cost Averaging est fait pour vous, voici un petit tour d’horizon de ses points forts et de ses points faibles.

Quels sont les avantages ?

On évite d’investir une grosse somme au “mauvais moment”

C’est la raison principale pour laquelle beaucoup décident de faire du DCA : limiter le risque de placer son argent au pire moment possible.

Imaginons que vous ayez 5 000 € à placer et que vous les investissiez juste avant un krach boursier qui dure plusieurs années. C’est un peu l’équivalent d’acheter une veste pour la retrouver en soldes dans le même magasin 3 semaines plus tard : on se dit qu’on a mal choisi notre moment.

Mais quand il s’agit d’investissement, vous pourriez vous retrouver à attendre plusieurs mois (ou plus) avant que vos investissements ne retrouvent leur valeur d’avant krach.

Note

C’est aussi la raison pour laquelle l’investissement en bourse doit se faire sur le long terme.

Mais comme on le verra plus loin dans la partie sur les inconvénients, les chances que ce scénario catastrophe se réalise restent limitées.

Et l’inverse est aussi vrai : si vous limitez vos chances d’investir au mauvais moment, vous limitez aussi vos chances d’investir au meilleur moment.

On limite nos réactions émotionnelles

Si vous êtes du genre à flipper complètement chaque fois que vous entendez parler de krach boursier, le DCA peut être intéressant pour vous, surtout si vous pouvez automatiser vos versements (on parle aussi de ce point juste après, quel suspense !).

Le but, c’est de vous éviter de décider au mois le mois d’investir ou non selon ce que sont en train de faire les marchés. Beaucoup d’investisseuses et d’investisseurs ont tendance à arrêter d’investir (ou à revendre leurs investissements) quand les marchés chutent et à les reprendre quand ils remontent. Ce qui revient à se priver d’acheter des actions quand les prix sont au plus bas.

Ici, vous vous détachez complètement de ce que font les marchés et vous investissez de manière passive.

Les avantages du DCA en résumé
  • On évite d’investir une grosse somme au “mauvais moment”
  • On limite nos prises de décisions émotionnelles

Quels sont les inconvénients ?

Des rendements statistiquement plus faibles

Avant de développer ce point, il faut distinguer deux situations totalement différentes quand on parle de DCA en bourse :

  • Vous avez déjà une somme d’argent à investir
  • Vous n’avez pas encore de “grosse somme” à investir, mais voulez placer en bourse une partie de vos revenus chaque mois

Si vous n’avez pas encore de grosse somme d’argent à investir, ça ne sert pas forcément à grand-chose d’attendre d’avoir un montant conséquent avant de se lancer. Ou peut-être pour accéder à certaines plateformes qui demandent un versement minimum pour ouvrir un compte (par exemple, les plateformes comme Nalo ou Yomoni qui demandent de placer au moins 1 000 € pour commencer).

Sinon, statistiquement, la meilleure chose à faire est d’investir dès que votre situation le permet. Et certaines plateformes permettent d’investir à partir de 10 € seulement (on peut par exemple citer Trade Republic).

La question ici, c’est que faire si vous avez déjà une grosse somme d’argent à investir ?

En moyenne, votre rendement (c’est-à-dire tout bêtement combien va vous rapporter votre investissement) va être plus intéressant si vous investissez votre somme entière dès que possible – donc sans faire de DCA.

On rentre dans des notions un peu plus techniques, mais pour faire simple, au global, les marchés ont ce qu’on appelle une tendance haussière. Autrement dit, en moyenne, ils montent 📈. Et ils montent plus souvent que ce qu’ils ne baissent.

Ce qui veut dire que si vous investissez une grosse somme maintenant, il y a plus de chances que votre investissement vous rapporte plus sur le long terme qu’en découpant la somme pour en investir une petite partie tous les mois.

Mais comme on l’a vu dans la partie sur les avantages, en faisant ça, on ne profite pas du risque plus limité que nous offre le DCA. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière.

Le DCA programmé n’est pas toujours techniquement possible

Pour rappel, en France, vous pouvez investir votre argent depuis 4 types de comptes différents : l’assurance-vie, le PER, le PEA et le compte-titres.

En théorie, vous pouvez faire du DCA sur chacun de ces comptes.

La subtilité, c’est que si les versements programmés sont monnaie courante (sans mauvais jeu de mots) depuis une assurance-vie ou un PER, ils sont rarement possibles sur un PEA ou un compte-titres.

Ce qui veut dire que vous allez devoir chaque mois vous connecter sur votre compte pour faire vos investissements a la mano (vous allez faire ce qu’on appelle “passer un ordre”). Ça ne vous prendra généralement quelques minutes une fois que vous avez le coup de main, mais il faut quand même y penser.

Note

Même si c’est très rare chez les concurrents, Trade Republic permet de programmer des investissements réguliers sur son compte-titres.

Vous pouvez aussi faire du DCA depuis un PEA en gestion déléguée, comme chez Yomoni, mais dans ce cas-ci, vous ne pourrez pas choisir vous-même vos investissements (ce qui peut être un avantage pour certains ou un inconvénient pour d’autres !)

Il faut bien choisir ses investissements

Le but du Dollar Cost Averaging, c’est d’investir simplement sans se prendre la tête et sans y passer des heures chaque mois.

Mais du coup, il faut choisir des investissements qui se prêtent au DCA.

Si vous choisissez juste des actions d’entreprises qui vous intéressent pour faire du DCA dessus sans réfléchir, vous risquez de continuer à investir dans des entreprises qui foncent droit dans le mur 🏎 sans même vous en rendre compte.

Les ETF (aussi appelés trackers) sont par exemple un type d’investissement qui peut bien se prêter au DCA.

Note

On va un peu rentrer dans le technique pour vous expliquer pourquoi, mais vous pouvez passer cette explication si elle vous semble trop complexe.

Les trackers sont en quelque sorte des paniers qui regroupent des actions de plusieurs dizaines, centaines, voire milliers d’entreprises.

Par exemple, un tracker peut décider d’investir dans les 600 plus grandes entreprises européennes.

Le tracker ne peut pas “disparaître” (ou du moins pas dans le sens de voir sa valeur arriver à zéro), puisqu’il suivra toujours les 600 plus grandes entreprises. Si une des 600 entreprises vient à faire faillite, elle sera automatiquement remplacée par une autre (sans que vous n’ayez rien à faire, par magie 🪄).

Quand vous investissez vous-même dans des actions individuelles, l’action que vous choisissez peut très bien perdre sa valeur jusqu’à faire faillite et disparaître. Il faut donc toujours garder un œil dessus.

Je ne peux pas vous dire exactement dans quoi investir puisque vos investissements vont dépendre de votre situation, mais c’est un point à garder en tête pour prendre votre décision.

Potentiellement plus de frais

Ici encore, c’est particulièrement vrai si vous avez déjà une grosse somme à investir et que vous hésitez à la découper en plusieurs versements réguliers.

Dans ce cas-ci, si vous investissez depuis un PEA ou un compte-titres, vous allez payer à chaque fois des frais de transaction, ce qui peut revenir plus cher qu’un investissement en une fois. Et comme toujours, les frais vont venir impacter vos rendements – parfois de manière négligeable, parfois un peu plus conséquente.

Si vous investissez sur le long terme et sans passer un ordre tous les jours, l’impact sera globalement assez limité.

Les inconvénients du DCA en résumé
  • Des rendements statistiquement plus faibles
  • Le DCA programmé n’est pas toujours techniquement possible
  • Il faut bien choisir ses investissements
  • Potentiellement plus de frais

Et bien sûr, gardez en tête que DCA ou pas, investir en bourse comporte toujours un risque !

En conclusion : to DCA or not to DCA ?

Statistiquement, si vous avez déjà une somme d’argent à placer, vous avez la possibilité d’avoir de meilleurs rendements en la plaçant tout de suite plutôt qu’en faisant du DCA.

Mais les statistiques ne font pas tout, surtout quand on parle de finances personnelles.

Comme pour tout dans l’investissement, il n’y a pas de stratégie miracle qui convienne parfaitement à tout le monde.

Le tout, c’est de faire ce qui vous met le plus à l’aise et ce qui vous aide à dormir tranquillement la nuit. Tant que vous êtes au courant des avantages et des inconvénients de chaque stratégie, vous pouvez décider de celle qui vous parle le plus personnellement.

Quelques exemples de contrats pour faire du DCA

Trade Republic

Trade Republic vous permet d'investir dans des actions et des ETF du monde entier de manière rapide, facile, et sans frais cachés.

  • Des frais fixes de transaction de 1€ par ordre
  • Une plateforme moderne et simple d'utilisation
  • Investissement dans de nombreuses actions et ETF
  • Des plans d’investissements programmés accessibles gratuitement
  • Un minimum de 10€ pour investir
Nalo

Découvrez Nalo, le conseiller digital en investissements financiers qui propose une assurance-vie personnalisée pour faire fructifier votre patrimoine de façon simple et performante.

  • Accessible dès 1 000 €
  • Assurance-vie en gestion pilotée
  • Aucuns frais sur versements, de sortie ou d'arbitrage
  • 1,65 % de frais tout compris
  • Possibilité de gérer plusieurs projets sur un seul contrat
  • Option d'investissement socialement responsable
L'assurance-vie LINXEA Avenir 2

Le produit star de LINXEA : un contrat d'assurance-vie récompensé par la presse spécialisée, accessible dès 100 €. Sans frais d’entrée, de sortie ou d'arbitrage, vous profitez d'un contrat performant ET de frais parmi les plus bas du marché.

  • Accessible dès 100 €
  • Aucuns frais sur versements, de sortie ou d'arbitrage
  • 0,60% de frais de gestion par an sur les unités de compte
  • Accès à deux fonds euros dynamiques
  • Une grande offre d'unités de comptes (dont trackers)
PEA de Fortuneo

Fortuneo propose plusieurs offres de bourse, dont un PEA très intéressant aux tarifs attractifs et un excellent service client.

  • Aucuns frais de garde ou de tenue de compte et des frais de transaction bas
  • Versement minimum de 100 € pour ouvrir votre compte
  • Gestion libre ou sous mandat
  • Frais de transfert remboursés jusqu'à 2000 € (et offres promotionnelles fréquentes)
Yomoni

Vous aimeriez ouvrir une assurance-vie, un compte-titres, un PEA ou un PER (ou tout simplement commencer à investir sans vraiment savoir comment faire) ? Découvrez Yomoni, un service de gestion de portefeuille d'investissement personnalisé qui vous aide à investir selon votre profil.

  • Accessible dès 1 000 €
  • Assurance-vie en gestion pilotée
  • Aucuns frais sur versements, de sortie ou d'arbitrage
  • 1,60 % de frais tout compris
  • Option d'investissement socialement responsable
Attention

Le but de Moneylo, ce n’est pas de vous donner des conseils, et encore moins de vous dire quoi faire.

Les informations que l’on donne sont seulement données à titre informatif et général : c’est ensuite votre propre responsabilité de décider si les informations présentées sont pertinentes selon votre propre situation.

Nous ne donnons pas de conseils personnalisés. Pour vous faire accompagner selon votre situation précise, consultez un conseiller financier.

Investir comporte un risque de perte.

Solene Rouvier, créatrice de MoneyloSolene Rouvier, créatrice de Moneylo
Solene Rouvier

Solene est la créatrice de Moneylo.fr, un site qui a pour mission de décomplexer et démocratiser le monde de l'investissement en France en le rendant accessible à tous, même aux débutants.

Vous aimerez aussi

Une calculette et des dollars sur une tableUne calculette et des dollars sur une table
Bourse
Pourquoi investir en bourse : les 5 bonnes raisons

Que vous suiviez l'actualité financière ou non, vous entendez forcément régulièrement parler de...

Une femme en train d'investirUne femme en train d'investir
Bourse
L'écart d'investissement entre les genres : pourquoi les femmes investissent (toujours) moins

Ce n’est une surprise pour personne : aujourd’hui encore, les femmes investissent moins que les...

Un téléphone et des graphiques du Dow JonesUn téléphone et des graphiques du Dow Jones
Bourse
Quand investir en bourse : le guide des débutants

Nous sommes nombreux à nous demander quand investir en bourse. Y a-t-il un âge idéal pour se...

Des manisfestations écologiques pour la planèteDes manisfestations écologiques pour la planète
Bourse
Investissement écologique : les placements à connaître

On entend souvent que placer son argent et investir, ça peut être une (très) bonne idée pour assurer...

Un ordinateur montant ce qu'est un ETFUn ordinateur montant ce qu'est un ETF
Bourse
Qu'est-ce qu'un ETF, et comment investir dessus ?

Si vous débutez dans le monde de l’investissement, vous avez peut-être un peu de mal à savoir dans...

Une femme avec de l'argent pour investir jeuneUne femme avec de l'argent pour investir jeune
Bourse
Comment (bien) investir son argent quand on est jeune ?

Quand on est jeune, on a souvent envie de profiter de son argent. Et on trouve sans difficultés un...

Commentaires