Ça y est, vous êtes décidé : vous allez commencer à investir.

Après des années à laisser vos euros dormir sur votre Livret A, vous êtes prêt à passer à l'étape supérieure.

Mais maintenant, vous faites face à un tout nouveau problème : savoir dans quoi investir exactement.

C'est là que la peur de vous tromper vous empare. Et c'est normal : c'est une décision importante, qui n'est pas à prendre à la légère.

Surtout qu'il y a plusieurs chose à prendre en compte et à garder en tête quand il s'agit d'investir son argent.

Dans cet article, je vous donne des pistes pour savoir dans quoi investir en bourse, et comment choisir des placements qui vous correspondent vraiment.

Comment savoir dans quoi investir ?

Vous avez peut-être déjà entendu des connaissances, en soirée ou pendant un repas de famille, dire que c'est le moment ou jamais d'acheter des actions Tesla, ou que LVMH n'en vaut aujourd'hui plus la peine.

Vous vous demandez comment ceux autour de vous font pour sembler savoir dans quoi investir. Surtout qu'il ont l'air de vraiment s'y connaitre, non ?

Et vous vous demandez vous-même dans quoi investir pour vos premiers pas en bourse.

Plusieurs choses sont à prendre en considération. Et la première, c'est qu'investir en bourse n'est souvent pas vraiment ce qu'il n'y paraît...

Faut-il acheter des actions individuelles ?

Une personne regarde des graphiques de bourse
Acheter des actions individuelles demande une éducation financière importante

C'est l'impression que l'on se fait souvent de l'investissement en bourse quand on débute : acheter des actions individuelles de certaines entreprises (comme Apple, Tesla, etc.).

C'est pourtant loin d'être la seule solution – et pas forcément la plus efficace non plus.

Acheter des actions individuelles est souvent contre-productif, d'autant plus si vous débutez en bourse, mais pas seulement.

Pas de panique : cela ne veut pas du tout dire qu'investir en bourse est une mauvaise idée.

Seulement qu'il existe d'autres stratégies qui vous permettront sûrement d'investir plus efficacement.

D'abord, concentrons-nous sur l'achat d'actions en direct.

Choisir d'acheter des actions individuelles (par exemple, acheter des action Apple), c'est faire ce qu'on appelle du stock-picking.

Et si le nom peut sembler sexy, c'est malheureusement rarement la meilleure chose à faire.

Chaque fois que vous achetez une action individuellement, vous pariez en quelque sorte sur le succès et la performance d'une seule entreprise (ou de quelques unes si vous achetez quelques actions).

Vous l'aurez probablement compris, mais je ne recommande pas d'acheter des actions individuelles.

Déjà, les risques d'avoir tous vos investissements liés à la performance de seulement quelques entreprises sont trop importants (si ces entreprises font faillite, vous perdez tout).

Et en plus, choisir les bonnes entreprises dans lesquelles investir est bien plus difficile qu'il n'y parait – même pour les professionnels. Il ne s'agit pas seulement d'investir dans des entreprises qu'on "aime bien" ou qui "se portent bien".

Dans ce cas-ci, investir relève plus de jouer au casino que de faire travailler et fructifier de l'argent pour vos projets d'avenir.

Note

Beaucoup de personnes qui achètent des actions individuelles essaient en plus de faire de qu'on appelle "timer le marché".

Expliqué simplement, ils essayent d'acheter des actions lorsque leur prix est faible, pour ensuite les revendre à profit une fois que la valeur de l'action a augmenté.

Non seulement cela entraîne des frais d'achat et de revente qui peuvent peser lourd dans la balance, mais en plus, cette stratégie ne fonctionne pas dans la grande majorité des cas.

Adopter une stratégie dite de "buy and hold" (oui, il y a beaucoup d'anglicismes en bourse !), c'est à dire d'investir sur le long terme sans chercher à acheter ou à revendre selon ce que font les marchés boursiers est en général une bien meilleure stratégie.

Ce qui nous amène aux autres façons d'investir en bourse sans acheter des actions individuelles...

Investir via des fonds de placement

Les fonds d'investissement (ou fonds de placement) sont ceux dont on parle au travers d'acronymes étranges comme OPCVM (ou encore SICAV ou FCP, qui sont des types d'OPCVM. CFQD !)

Mais leur fonctionnement n'est pas si complexe que ça.

Tout simplement, un fonds d'investissement est un organisme de placement collectif.

Cet organisme récolte et réuni l'argent de nombreux investisseurs pour le mettre en commun. Il a donc la possibilité d'acheter de nombreuses parts de nombreuses entreprises, et de répartir ensuite les gains entre les différents investisseurs.

En investissant via un OPCVM, vous déléguez vos décisions d'investissement et la gestion de votre argent à un professionnel.

Ce n'est pas vous qui choisissez directement dans quoi vous investissez, mais la gérante du fonds qui prend les décisions des actions qu'elle achète ou revend.

Par contre, vous pouvez très bien choisir un fonds qui investit dans un secteur en particulier.

Note

Les deux types d'OPCVM les plus courants sont les SICAV et les FCP.

Techniquement, leur fonctionnement est assez similaire.

Leur différence se situe principalement dans leur statut juridique, mais elle est assez invisible côté investisseur (sauf pour certains placements uniquement accessibles depuis les FCP).

Peut-on vraiment battre le marché ?

Les fonds de placement ont généralement un objectif simple : battre le marché.

C'est-à-dire obtenir des résultats meilleurs qu'un indice du marché boursier (par exemple, le CAC40, qui regroupe les 40 plus grandes entreprises françaises).

Pour ça, ils adoptent généralement une gestion dite active : ils achètent et revendent des parts régulièrement pour espérer obtenir de meilleurs résultats.

Vous vous dites peut-être que c'est tant mieux. Qui ne voudrait pas gagner plus d'argent, en laissant en plus des pros s'occuper de tout ?

Le problème, c'est que la plupart du temps, les professionnels n'arrivent pas à battre les marchés.

La grande majorité des fonds ne parvient pas à battre le marché, et sous-performe donc par rapport à leur propre benchmark.

Et si certains d'entre eux arrivent effectivement parfois à battre le marché... le problème, c'est qu'ils n'arrivent pas à continuer à le faire sur plusieurs années.

Par exemple, en 2020, SPIVA à montré que 87.2% des fonds d'investissement sous-performaient sur la période des 15 années précédentes * .

Sans compter que pour rémunérer tout ce beau monde qui travaille derrière les OPCVM, les frais sont bien plus élevés que certains autres types de placements en gestion passive.

Et sur le long terme, même si on a l'impression que 1% de différence n'est pas grand chose, les frais peuvent vraiment peser lourd sur vos investissements.

Ce qui nous amène à une autre solution d'investissement assez intéressante, qui relève cette fois-ci de la gestion passive...

Investir via des ETF

Note

Techniquement, les ETF sont des OPCVM, mais leur fonctionnement est bien particulier. On distingue ici les deux pour plus de simplicité.

Les ETF (ou fonds indiciels) sont des fonds qui sont composé en quelque sorte d'un panier d'actions que vous pouvez acheter ou revendre, comme vous le feriez avec une action simple.

À la différence des fonds de placement qui cherchent à battre le marché, les ETF cherchent à répliquer les performances d'un indice boursier. Ni plus, ni moins.

Exemple

Si vous décidez d'investir dans un ETF CAC 40, cet ETF sera composé d'actions dans les 40 entreprises présentes dans le CAC 40.

Logiquement, la performance de l'ETF sera donc similaire à la performance de l'indice (ici, le CAC 40).

Les fonds indiciels sont pour la très grande majorité gérés passivement : les frais sont donc généralement bien plus bas que les frais des fonds d'investissement classique (vous n'avez pas à payer toutes les personnes dont l'objectif est de faire en sorte que le fonds batte le marché).

C'est donc souvent une très bonne solution quand on se demande dans quoi investir en bourse pour commencer (et même une fois qu'on s'y connait plus !).

Choisir dans quoi investir dépend de vos objectifs

Vous vous attendiez peut-être en cliquant sur cet article à ce que l'on vous donne directement une liste d'actions à acheter pour gagner de l'argent facilement et sans trop de prise de tête.

Mais au fond, vous vous en doutez sûrement : rien n'est aussi simple que ça (contrairement à ce que certains voudraient vous faire croire).

Car quand il s'agit d'investir son argent, tout dépend de votre situation, mais aussi et surtout de vos objectifs.

Ce sont eux qui vont avant tout déterminer deux choses importantes :

  • L'enveloppe fiscale dans laquelle vous allez investir. C'est-à-dire tout simplement le(s) "type(s) de compte" qui seraient intéressants pour vous (assurance-vie, PEA, etc.) Chacun ont leurs restrictions propres, qu'il est essentiel de connaître avant de commencer à investir. Pour avoir un détail des différentes enveloppes fiscales, parcourez notre article sur comment investir en bourse.
  • Mais aussi les supports sur lesquels vous allez placer votre argent. Il s'agit ici de savoir quelles actions, quelles fonds de placement ou quels ETF vous allez choisir selon votre situation et vos objectifs – plus particulièrement le risque que vous êtes prêts à prendre. Certains sont plus risqués que d'autres : c'est pour ça qu'il est essentiel de déterminer votre profil de risque avant de commencer à investir.

Vous n'investirez pas de la même manière si vous avez 30 ans avec pour objectif de mettre de côté pour votre retraite, ou si vous avez 25 ans et voulez préparer l'achat de votre residence principale dans les 6-7 prochaines années.

Parfois, il est même important selon vos projets de se demander si cela vaut le coup de placer votre argent en bourse tout court : c'est un placement de moyen à long terme. Si vos projets sont à très court terme, il vaut souvent mieux se pencher sur d'autres solutions.

Note

Vous ne devriez placer en bourse que l'argent dont vous n'avez pas besoin.

Pensez à diversifier

C'est l'un des éléments clé de l'investissement, mais beaucoup de débutants n'y pensent pas vraiment : l'importance de la diversification.

Attention : investir comporte toujours un élément de risque, mais diversifier son portefeuille permet de réduire ces risques.

Diversifier, cela revient tout simplement à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Cela peut se faire de différentes manières :

  • Investir dans différentes classes d'actifs (pas seulement des actions, mais aussi des fonds euro, ou des matières premières par exemple).
  • On en a déjà parlé, mais éviter l'achat d'actions individuelles, et privilégier des fonds vous permettant d'investir dans de nombreuses entreprises en même temps.
  • Diversifier les secteurs d'entreprises et zones géographiques, ou encore les types d'entreprises (grandes ou petites, etc).
Exemple

Imaginons que vous adorez le secteur de l'aviation, et ne décidez d'investir que dans des fonds ou des actions en lien de près ou de loin avec l'aviation (comme Air France, American Airlines, etc.).

Si le marché de l'aviation venait à chuter (complètement au hasard, disons suite à une pandémie mondiale... ou même une évolution qui vient mettre à mal l'avenir du secteur aérien tout court), vous êtes bien plus susceptibles de perdre de l'argent – et c'est votre portefeuille entier qui s'écroule.

Si vous aviez investi dans d'autres secteurs, ou dans certains ETF qui permettent d'investir dans des actions du monde entier, tous secteurs confondus, les chances que votre portefeuille entier chute seraient réduites.

Nalo

Découvrez Nalo, le conseiller digital en investissements financiers qui propose une assurance-vie personnalisée pour faire fructifier votre patrimoine de façon simple et performante.

Attention

Cet article est uniquement destiné à l'information. Avant de prendre des décisions financières, consultez un (vrai) conseiller financier.

Investir comporte un risque de perte.

Commentaires