Comment rédiger une note de remerciement après un entretien d’embauche ?

Remerciement après un entretien d'embauche

On a tendance à l’oublier, mais l’entretien d’embauche se prolonge même après avoir dit au revoir à votre employeur potentiel.

Même si tous ne vous le demanderons pas directement, les recruteurs apprécient bien souvent de recevoir une note de débriefing ou de remerciement après l’entretien. Ils y remarquent à la fois de la motivation et une intention positive de votre part.

Bien sûr, la forme et le fond de cette note de remerciement doivent être méticuleusement préparés pour éviter un effet contre-productif.

Alors quelle note envoyer après un entretien d’embauche ? Et comment faire pour bien la rédiger ?

Pourquoi envoyer une note de remerciement ?

Au delà du contenu (même s’il reste forcément important), l’objectif de l’envoi d’un message de remerciement après votre entretien est le suivant :

  • Rester en contact avec le recruteur. Par l’envoi d’un message, vous vous assurez de rester « sous les yeux » du recruteur et d’ajouter un petit plus mémorable à votre candidature.
  • Réaffirmer votre intérêt pour le poste convoité. L’entretien ne se passe pas que dans un sens : il sert aussi à déterminer de votre côté si le poste et l’entreprise correspondent à vos attentes. Votre intérêt pour le poste n’est pas forcément évident pour le recruteur. La note de remerciement permet de confirmer cette envie.
  • Remercier la personne qui vous a reçu. Même s’il s’agit d’une partie inévitable du processus de recrutement, la note vous permettra de remercier la personne d’avoir pris le temps de vous recevoir ainsi que de la richesse de votre conversation.

Quand faut-il envoyer un message de remerciement ?

L’idéal est d’envoyer le message par email le lendemain ou au plus tard le surlendemain de la date de votre entretien.

Agir quelques heures seulement après l’entretien pourrait être plutôt perçu comme un signe de précipitation et d’insistance, même si cela n’est bien évidemment pas forcément le cas pour tous les recruteurs.

Par contre se manifester plus de 7 jours après l’entretien peut vous faire de l’ombre. Pour réitérer votre volonté de décrocher le poste et rester à l’esprit du recruteur, mieux vaut ne pas trop tarder.

Peut-on envoyer nos remerciement via une lettre manuscrite ?

Certains candidats choisissent d’envoyer leur note de remerciement sous forme manuscrite. Cela peut être une bonne idée pour un retour personnalisé et une intention particulière pour se démarquer.

Il faut en revanche faire attention de pouvoir envoyer sa lettre assez rapidement pour qu’elle soit reçue dans les temps. Et en cas de couac à La Poste, c’est toute votre stratégie qui pourrait tomber à l’eau.

Gardez aussi en tête que votre courrier ne pourrait être lu qu’une semaine plus tard. Pour éviter d’être à la traine, on peut préférer le courrier électronique.

Que faut-il écrire dans sa note ?

La note de remerciement après un entretien doit mettre en valeur les idées fortes de votre échange avec le manager ou RH.

Une bonne méthode pour retenir son attention est de reprendre des arguments et le champ lexical développés pendant la conversation. L’idéal est de reformuler 3 ou 4 idées centrales abordées pendant vos échanges. C’est également pour cela qu’il est essentiel de prendre des notes et de ne pas hésiter à poser des questions pendant l’entretien.

De même, personnalisez au maximum votre email et évitez les phrases toutes faites. Encore une fois, l’objectif est de se démarquer.

Note de remerciement : un style concis et efficace

Pas besoin de pérorer des pages pour ce type de message. Votre note doit pouvoir tenir sur 5 ou 6 lignes et les mots doivent illustrer que vous avez bien compris ce que l’entreprise recherche. Le recruteur aimera ainsi votre capacité d’adaptation et d’analyse des informations.

En d’autres termes, limitez-vous aux propos qui ont été évoqués lors de l’entretien. Ce n’est pas le moment d’ajouter des éléments que vous auriez oublié de mentionner.

Si vous vous sentez sûr de vous, vous pouvez même vous permettre davantage d’audace (sans exagérer non plus) et approfondir un sujet abordé qui viendra enrichir votre échange.

Attention à toujours faire parvenir le mail à la personne qui vous a reçu lors de l’entretien d’embauche. Pour cela, vous aurez bien entendu pris soin de lui demander ses coordonnées lors de votre échange.

8 activités et hobbies qui mettront votre CV en valeur

Des sportives en train de gagner au sport

Choisir de pratiquer des activités extra-scolaires lors de ses études, voire même une fois entrés dans la vie active, peut sans aucun doute vous aider à faire sortir votre CV du lot lorsque vous cherchez un emploi.

Car lorsqu’il s’agit de mettre en avant son expérience, il n’y a pas que les jobs qui comptent. De nombreuses activités vous permettent d’avoir une expérience tout aussi significative dans le monde réel.

Participer régulièrement à des activités ou hobbies en dehors du travail ou des études n’est pas seulement un excellent moyen de vivre votre passion : cela prouve également aux recruteurs que vous possédez un éventail de compétences utiles que vous pouvez appliquer à leur poste.

Leadership, capacité de travailler en équipe, résolution de problèmes… autant d’atout que vous pourrez mettre en avant au moment voulu.

Voici une liste de 8 activités et hobbies qui aideront à mettre en valeur vos points forts et à faire sortir votre CV du lot.

  1. Les sports d’équipe

    Dans le monde moderne du travail, à l’heure des Open Space, brainstormings et séminaires de consolidation d’équipe, savoir faire partie d’un collectif est une qualité est particulièrement précieuse.

    Si vous faites du sport ou avez pratiqué un sport collectif pendant une période de temps assez prolongée (désolée : le basketball du cours d’EPS de 3ème ne compte pas), vous avez sans relâche prouvé que vous pouvez travailler avec les autres pour atteindre un objectif commun.

    Pratiquer un sport d’équipe montre également que vous savez vous engager dans une compétition saine, ce qui est aussi un trait attractif pour les recruteurs.

    En plus, si vous avez déjà eu l’opportunité de diriger une équipe ou de briller à un poste de capitaine, vous pourrez parler sans honte au recruteur de votre capacité à diriger un groupe, ce qui est un atout précieux pour un jeune actif.

  2. Des stages en lien avec votre carrière

    L’une des meilleures choses à faire pour que votre CV se démarque, surtout si vous êtes un jeune diplômé, est d’y inclure un stage – en particulier si vous pouvez en obtenir un qui se trouve dans le même domaine que le poste que vous recherchez.

    En plus de fournir l’avantage évident d’avoir déjà eu une première expérience de travail, les stages ont l’avantage de montrer aux responsables du recrutement que vous prenez votre carrière au sérieux et cherchez sans cesse à vous développer.

    Pour les jeunes actifs, un stage indique également que vous connaissez les bases de ce que signifie travailler pour une entreprise comme être ponctuel, respecter les règles de l’entreprise et savoir bien s’entendre avec des collègues.

  3. Des études à l’étranger

    Les échanges universitaires à l’étranger sont devenus de plus en plus populaires ces dernières années, et pour cause. En plus d’être logiquement une expérience de vie formidable au niveau personnel, ils apportent également un avantage considérable à votre CV.

    D’ailleurs, 64% des recruteurs considèrent qu’une expérience à l’étranger est importante pour être embauché.

    Maîtriser une autre langue, montrer sa capacité d’indépendance, savoir faire face à de nouvelles expériences… autant de qualités importantes que les responsables du recrutement recherchent chez les jeunes diplômés.

    Avoir passé un semestre ou une année à l’étranger montre à votre employeur non seulement que vous êtes ouverts d’esprits, mais aussi que vous savez prendre des risques et sortir de votre de zone de confort.

  4. Des rôles de leadership

    Si vous êtes ou avez été impliqués dans la direction ou présidence d’un club, un BDE, une association ou autres (par exemple en dirigeant des évènements réguliers et populaires sur des plateformes comme Meetup), incluez-le dans votre CV.

    Cela prouve non seulement aux responsables du recrutement que vous avez la capacité de diriger et de gérer d’autres personnes, mais aussi que vous prenez des initiatives, que vous pouvez assumer des responsabilités et que vous savez démontrer certaines capacités managériales.

  5. Du travail bénévole ou associatif

    N’hésitez pas à parler sur votre CV des longs week-ends que vous avez passés à faire du bénévolat dans une banque alimentaire, à donner de votre temps pour les projets d’une communauté, à nettoyer les plages de leurs déchets… Le but n’est pas de vous vanter, mais seulement de mettre en avant ce qui vous anime et les causes qui vous tiennent à coeur. 

    Le bénévolat montre aux responsables du recrutement que vous cherchez en permanence à faire la différence et que vous vous engagez sans cesse à rendre le monde meilleur, pour vous et pour les autres, même pendant votre temps libre. Les activités caritatives sont très louables et sont également une expérience de vie qui peut vous apporter beaucoup.

  6. De la musique, de l’art ou du théâtre

    Se reproduire sur scène devant une foule n’est pas une chose simple et demande sans aucun doute beaucoup de compétences tant techniques que relationnelles et émotionnelles.

    La principale compétence que vous développerez en pratiquant les arts de la scène est la confiance, une chose dont les recruteurs sont souvent friands ; en particulier dans les emplois où il est essentiel de savoir communiquer avec assurance.

    Et avec une gamme d’activités disponibles très entendue dans les domaines de la musique, de l’art, de la danse ou du théâtre, il y en aura forcément pour tous les goûts.

  7. Des clubs ou organisations en lien avec votre carrière

    Beaucoup l’ignorent, mais il existe de nombreux clubs et organisations professionnelles qui ont pour objectif de faire progresser une profession en organisant des rencontres, networking, ateliers, conférences ou autres séminaires.

    Recherchez « association » ou « organisation professionnelle » + le nom de votre métier sur Google pour en trouver dans votre domaine en particulier.

    Entrer dans un de ces clubs montrera à votre potentiel futur employeur que vous cherchez à (et avez même certainement déjà) développer des compétences et connaissances précieuses dans votre carrière, mais aussi que votre métier vous passionne.

  8. L’entrepreneuriat

    Pour les plus ambitieux, pourquoi ne pas prendre une longueur d’avance sur vos compétences et envies d’entrepreneuriat et créer votre propre business ou activité ?

    Développer soi-même ses idées et projets est une excellente source d’apprentissage à la fois technique et personnelle. Avoir créé sa propre activité, aussi petite soit-elle, est non seulement une expérience non négligeable, mais aussi une démonstration claire de votre indépendance et de votre motivation personnelle que les employeurs apprécieront.

Défauts en entretien d’embauche : comment bien les présenter ? (avec exemples)

Répondre à la question des défauts en entretien d'embauche

Pendant un entretien d’embauche, il est assez fréquent pour les recruteurs de demander au candidat de présenter ses qualités et ses défauts. Et beaucoup ne savent pas comment répondre à cette question.

Dommage, car cette discussion est en réalité une excellente opportunité de connecter avec le recruteur. En établissant le contexte approprié, vous pouvez facilement proposer une réponse honnête et réfléchie tout en vous mettant en valeur.

En revanche, se préparer à l’avance pour cette question est essentiel pour éviter les faux pas. Et même si le recruteur ne vous les demandent pas explicitement, avoir identifié de vous-même vos forces et vos faiblesses est essentiel pour montrer au recruteur que vous êtes conscients de vos pistes d’améliorations. Cela vous permettra de répondre plus facilement à de nombreuses questions classiques d’entretien d’embauche.

Dans cet article, nous vous expliquons comment répondre au mieux à la question des défauts lors d’un entretien d’embauche, avec des exemples concrets pour préparer au mieux votre entretien !

Parlez uniquement de compétences non-essentielles pour le poste

L’une des meilleures façon de présenter ses défauts en entretien d’embauche consiste à analyser les compétences clés requises pour le poste auquel vous postulez (elles seront en général listée sur l’offre d’emploi), et ne parler que de défauts qui ne sont pas en lien avec les compétences demandées.

Par exemple, si vous passez un entretien d’embauche pour un poste de comptable, vous pouvez facilement dire que vous n’êtes pas très à l’aise lorsqu’il s’agit de parler en public. Il sera par contre plus difficile de souligner que l’un de vos plus gros défauts est un problème de concentration, car cette compétence est beaucoup plus essentielle pour le poste.

Mentionnez des compétences que vous avez améliorées

Lorsqu’est venu le moment tant redouté de présenter vos 3 défauts, une autre option consiste à discuter de compétences sur lesquelles vous avez eu l’occasion de travailler lors de votre précédent job, ou bien que vous cherchez activement à développer.

En plus de jouer la carte de l’honnêteté, cela montrera au recruteur que vous êtes le genre de personne qui cherche constamment à s’améliorer. C’est certainement l’un des meilleurs moyens de présenter vos défauts en entretien d’embauche.

Pour structurer votre réponse, expliquez :

  • d’où vous êtes partis sur une compétence qui vous faisait défaut
  • les mesures que vous avez prises pour vous améliorer
  • le résultat

Pour reprendre l’exemple de la prise de parole en public, vous pourriez répondre : « Une compétence qui me manquait dans le passé mais sur laquelle je suis actuellement en train de travailler est la prise de parole en public. Je participe régulièrement à des ateliers de théâtre et m’améliore de plus en plus au fil des semaines, au point ou je me sens maintenant vraiment à l’aise pour faire des présentations en réunion. »

Bien sûr, ce n’est ici qu’un exemple : restez honnêtes et ne mentez pas sur les stratégies d’amélioration que vous avez mises en place. Si le recruteur vous pose plus de questions et découvre la supercherie, cela pourrait vous coûter votre place.

Et n’essayez surtout pas de frauder !

Même si certains défauts sont plus gênants que d’autres, une chose est sûre : un candidat idéal ne mentira pas sur ses faiblesses. Choisissez un vrai défaut, et parlez des mesures que vous prenez pour y remédier.

Essayer de détourner la conversation ou de mentir au recruteur n’est jamais une bonne stratégie, et le risque n’en vaut certainement pas la peine. Cela ne veut pas dire que vous devez forcément révéler vos pires failles et faiblesses, mais vous aurez besoin de montrer que vous êtes conscients et honnêtes avec vous-mêmes. Évitez les attitudes suivantes :

  • Tenter de faire passer une qualité pour un défaut. Désolée de vous décevoir, mais être « trop perfectionniste » ou « travailler trop » n’est pas une réponse acceptable lorsque l’on vous demande de parler de vos faiblesses. Les recruteurs ne sont que trop au courant de cette vieille tactique, et vous n’êtes certainement pas le premier à tenter cette pirouette. Au contraire, cette approche lui fera probablement penser que vous manquez d’honnêteté ou de franchise, ou bien que vous avez quelque chose à cacher…
  • Refuser de répondre ou détourner la question. Certains candidats affirmeront qu’ils n’arrivent pas à déterminer une seule de leurs faiblesses. Si c’est vraiment le cas, le problème vient très certainement d’un manque de préparation. Encore une fois, éviter la question forcera le recruteur à se demander ce que vous avez à cacher, ou pourquoi vous refusez de vous remettre en question.

Citer ses défauts en entretien d’embauche : exemples de réponses

Voici quelques exemples de réponses détaillées pour présenter au mieux vos défauts en entretien d’embauche. Le but n’est bien sûr pas de les reprendre mot pour mot, mais de vous en inspirer pour construire vos propres réponses.

Exemples de meilleures réponses :

  1. « Je dirais que l’une de mes faiblesses actuelles est la programmation Java. Depuis mon diplôme, je n’ai plus eu l’occasion de travailler sur des projets en Java. Même si je conserve malgré tout les principes de base, j’ai légèrement perdu en compétence en ce qui concerne la pratique. Je me suis en revanche inscrite à un cours en ligne pour remettre un peu la main à la pâte. Je pense que cela aiderait mon profil à être plus complet. »
  2. « Parfois, je peux avoir tendance à être trop critique envers moi-même. J’ai souvent eu au long de ma carrière le sentiment que j’aurais pu faire plus, même quand j’avais déjà bien fait. Au début, cela m’a conduit à une sorte d’épuisement professionnel. Depuis environ un an, j’ai commencé à vraiment prendre le problème en main et à noter systématiquement mes réussites ainsi que les sentiments positifs associés pour les projets que j’ai mis en place. Cela m’a non seulement aidé à améliorer ma confiance en moi, mais aussi à apprécier l’aide précieuse de mon équipe. »
  3. « Je ne suis pas vraiment à l’aise avec la dernière version de Google AdWords, car même si cela faisait partie de ma formation initiale, j’ai eu peu l’occasion de me servir de l’interface au cours de ces dernières années. Mes missions moins opérationnelles et plus stratégiques m’ont plutôt demandé une grande maitrise de Google Analytics. Je souhaiterais en revanche reprendre un peu la main et ne pas perdre ces compétences qui peuvent s’avérer précieuses dans mon travail au quotidien. »
  4. « J’aime m’assurer que mon travail est parfait, alors j’ai souvent tendance à passer un peu trop de temps à le vérifier et à me relire. C’est pourquoi j’ai mis un place un système de checklist qui me permet de ne pas consacrer littéralement trop de temps à un projet afin de garantir que je disposerai d’assez de temps pour accomplir le reste de mon travail, sans pour autant négliger la qualité. »
  5. « Je dirais que ma plus grande faiblesse est l’écriture. J’ai choisi le métier d’ingénieur en partie parce que j’ai toujours adoré les chiffres, mais lorsqu’il s’agit des mots, j’ai tendance à faire facilement des fautes. J’ai commencé à utiliser des applications de grammaire pour m’assurer que mes présentations ou emails ne sont pas mal orthographiés, ce qui me permet aussi d’apprendre en même temps ! »

Autres exemples de défauts fréquemment cités :

  • Désorganisé
  • Autocritique
  • Timide, difficultés a parler en public
  • Compétitif
  • N’ose pas déléguer
  • Prendre trop de responsabilités
  • Pas assez sensible aux détails
  • Tendance à ne pas oser prendre des risques
  • Trop concentré / manque de concentration
  • Pas assez spontané / trop spontané
  • Manque de patience
  • Trop honnête
  • Tendance à trop attendre de ses collègues
  • Trop exigeant
  • Trop sensible
  • Difficulté à prendre du recul
  • Difficulté à s’adapter aux changements
  • Manque de confiance en soi ou en les autres

Pour finir, gardez toujours en tête que ces items ne doivent pas être des qualités essentielles au poste, et rappelez-vous de démontrer comment vous cherchez activement à vous améliorer. Si vous êtes honnêtes, le recruteur le valorisera forcément ! 

[Checklist] Comment bien relire son CV en 7 étapes

Personne en train de relire son cv sur un ordinateur

Depuis plusieurs années, le monde de la recherche d’emploi ne cesse plus d’évoluer : multiplication des outils de recrutement, digitalisation du traitement candidatures…

La simplicité d’accès aux plateformes d’offres d’emploi en ligne (LinkedIn, Indeed…) a largement fait augmenter le nombre de candidatures… ainsi que l’exigence des recruteurs. La moindre erreur sur votre CV ou sur votre lettre de motivation peut donc s’avérer fatale.

C’est pourquoi avant d’envoyer sa candidature, il est important de retravailler son CV afin d’éviter des erreurs bêtes qui pourraient vous coûter un potentiel entretien d’embauche.

Découvrez dans cet article une stratégie efficace pour relire votre CV, et tous les points à vérifier avant de cliquer sur “envoyer”.

Bonus – Téléchargez à la fin de l’article la checklist gratuite en version PDF imprimable !

  1. Faites une première relecture générale de votre CV

    Une fois votre CV finalisé, la première étape va être de relire entièrement votre document. Parcourez le texte lentement, étape par étape, comme si vous découvriez le CV de quelqu’un d’autre.

    Le but est ici de garder l’oeil sur de potentielles fautes, incohérences ou erreurs d’inattention. Vos informations personnelles sont-elles correctes ? Les dates sont-elles cohérentes ? Avez-vous oublié certains mots ? Mettez-vous à la place du recruteur qui va recevoir votre candidature, et vérifiez les éléments clés de votre document.

    Plus généralement, gardez l’oeil sur la cohérence globale de votre document. Vous pourrez ainsi repérer des copier-coller involontaires ou un manque d’harmonie dans votre mise en forme.

    Autre bonne astuce : relire votre document à voix haute. Cet exercice vous forcera à ralentir et à repérer plus facilement des erreurs ou incohérences (comme des mots en trop, par exemple).

    Checklist :

    ☑ Mes informations de contact sont correctes (numéro de téléphone, e-mails, profils de réseaux sociaux…)

    ☑ Les dates sont exactes et correspondent à la réalité de mes expérience

    ☑ Les dates sont saisies de la même manière tout au long du document (soit 07/05/2012, soit 07.05.2012, soit 07 mai 2012 – choisissez une forme et conservez-la).

    ☑ Les chiffres entre un et dix sont écrits en toutes lettres (trois, cinq, sept…), et les nombres à partir de 10 sont écrits en chiffres (ce qui donnerait “trois ans d’expérience” vs. “11 années d’expérience”)

  2. Puis relisez-le une seconde fois en vous concentrant sur les fautes d’orthographe ou de grammaire

    Pour cela (technologie oblige), activez la vérification orthographique de votre traitement de texte, mais pas seulement. Même si le correcteur automatique peut vous aider à repérer les erreurs évidentes, de nombreuses fautes ont tendance à lui échapper.

    Certains sites ou forums proposent également des prestations de relecture de CV et de lettres de motivations, mais ces plateformes restent assez discrètes et parfois peu fiables (vous n’aurez pas la garantie que quelqu’un parcourra votre document dans un temps donné).

    Le mieux reste donc de demander à quelqu’un de votre entourage de jeter un coup d’oeil à votre candidature – une fois votre deuxième relecture effectuée.

    Checklist :

    ☑ Je ne repère aucune erreur de grammaire dans le document (“a” au lieu de “à”, -er au lieu de -é…)

    ☑ Je ne repère aucune faute d’orthographe

    ☑ Mon emploi des temps est cohérent. Par exemple, si vous présentez l’une de vos expériences en écrivant “Rédaction d’enquêtes exclusives pour le journal local”, conservez ce format dans tout votre document (n’écrivez pas ensuite “J’ai travaillé sur la mise en page des articles” mais “Travail sur la mise en page des articles”).

  3. Vérifiez attentivement votre ponctuation

    Si ponctuation peut sembler relever du détail, elle reste pourtant un élément crucial de votre CV.

    Pour le recruteur, votre CV est le reflet de votre professionnalisme. La maîtrise de la ponctuation évite d’être perçu comme mal organisé ou comme négligé – et montre une application toute particulière à la rédaction de votre CV.

    Vérifier votre ponctuation et la cohérence de votre document vous aidera à envoyer le bon message et à mettre en avant vos compétences (surtout si vous revendiquez l’“attention au détail” comme l’une de vos plus grandes qualités).

    Checklist :

    ☑ Chacune de mes phrases se termine par un point

    ☑ Je suis cohérent dans l’utilisation de la ponctuation (par exemple, si vous utilisez des points dans un contexte particulier comme après le nom de votre diplôme, ajoutez ensuite un point après chaque nom de diplôme)

    ☑ J’évite l’utilisation des points d’exclamation (souvent perçus comme trop agressifs ou racoleurs)

    ☑ J’ai systématiquement mis des espaces avant et après les deux points (:) et les points-virgule (;)

  4. Eliminez le jargon technique

    Une fois envoyé aux recruteurs, votre CV risque de passer entre de nombreuses mains – y compris des personnes qui n’assureront pas les mêmes fonctions que vous. Assurez-vous donc que votre CV soit compréhensible par tous, peu importe leur poste dans l’entreprise.

    Entre autres, si les RH connaissent généralement plus ou moins les tenants et les aboutissants des postes ouverts, ils ne peuvent pas être des pros dans tous les domaines. Oubliez donc le jargon technique, et préférez des éléments tangibles afin d’illustrer vos expériences passées.

    Exemple :

    J’ai retravaillé complètement les CTA ce qui a entrainé une augmentation significative du CPC et CTR, nos deux KPI principaux

    J’ai augmenté le nombre de visites sur notre site et diminués les coûts publicitaires grâce à l’optimisation des annonces sur les réseaux sociaux.

    Checklist :

    ☑ Mon CV ne comporte pas de jargon technique que des personnes extérieures à mon industrie risqueraient de ne pas comprendre

    ☑ J’explique au moins une fois chaque acronyme utilisé dans mon CV

  5. Ajoutez un titre à votre CV

    Si ce n’est pas déjà le cas, pensez à bien ajouter un titre à votre CV. Ce titre devra correspondre à l’intitulé du poste pour lequel pour postulez – même s’il présente une légère variante contrairement à votre poste actuel. Vous devrez modifier votre CV à chaque nouvelle candidature que vous envoyez. Cela permettra à votre candidature de ressortir dans les logiciels de gestion RH (nous nous penchons sur ce sujet dans le conseil suivant).

    D’ailleurs, il est inutile d’inscrire “Curriculum Vitae” en haut de votre document. Utilisez donc plutôt cet espace de manière pertinente en ajoutant le titre du poste recherché et, si vous avez une place, une description en quelques mots votre profil.

    Exemple : “Responsable Marketing Digital – Spécialisation Réseaux Sociaux”.

    Checklist :

    ☑ Mon CV comporte un titre

    ☑ Ce titre correspond au poste pour lequel je postule (et est donc modifié pour chaque nouvelle candidature)

  6. Trouvez et intégrez des mots-clés pertinents à votre CV

    Tout comme les sites web utilisent sur leurs pages des mots-clés précis pour être sûrs que les internautes les retrouvent sur Google, lorsque vous postulez à une offre d’emploi, il est important d’intégrer des mots-clés dans votre CV. Cela permettra aux recruteurs de retrouver facilement votre candidature et de vous différencier dans une montagne de CV reçus pour une offre d’emploi spécifique.

    Autre avantage : de nos jours, une grande partie des entreprises ou des plateformes d’offres d’emploi en ligne utilisent des logiciels automatisés pour le recrutement (appelés ATS en anglais, pour Applicant Tracking System).

    Ces logiciels-robots ont pour mission de filtrer les CV reçus afin de les classer en fonction de leur contenu. C’est pourquoi il est nécessaire d’utiliser les bons mots-clés à l’intérieur de votre document : c’est la précision du champ sémantique de votre CV qui vous permettra d’être classés dans la catégorie qui correspond au poste que vous recherchez.

    Pour cela, trouvez des mots et des phrases en lien avec le poste que vous recherchez (par exemple, en parcourant des offres d’annonces qui vous intéressent et en repérant ceux qui apparaissent régulièrement). Listez ces mots, et répartissez-les dans votre CV et lettre de motivation, sans paraitre trop répétitif.

    Checklist :

    ☑ J’ai défini liste de mots-clés qui correspondent au job que je recherche et je les ai placés dans mon document

    ☑ J’ai intégré des mots-clés en lien avec ma spécialisation

  7. Faites un focus sur le design de votre CV

    Nous avons tendance à croire que lorsqu’il s’agit de notre CV, le fond est bien plus important que la forme. Vous avez des années d’expériences dans votre domaine, un diplôme solide et des certifications impressionnantes – pourquoi devriez-vous vous soucier de la taille de votre police d’écriture ou de la couleur de votre document ?

    La réponse est simple : pour espérer décrocher un entretien, votre candidature doit être impressionnante. Et la première impression du recruteur sera fondée sur le design.

    En effet, le design seul de votre CV ne saura bien sur pas compenser un manque d’expérience. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas important. Une attention portée à l’aspect graphique de votre candidature montre votre attention aux détails, votre capacité à communiquer non-verbalement et votre volonté de bien faire. Et le tout, sans avoir dit un mot.

    Les recruteurs restent des êtres humains, avec des premières impressions et des émotions viscérales. À deux candidatures aux compétences et aux diplômes similaires, celle dont le CV sort du lot par sa qualité graphique aura tendance à être privilégiée.

    Quelques conseils pour travailler le design de votre CV :

    • Choisissez une police d’écriture appropriée. La police est très importante pour la lisibilité de votre texte. Oubliez donc le Times New Roman en 11, et choisissez un style sans-serif moderne et minimaliste.
    • Travaillez l’harmonie des couleurs. Il est important de placer quelques touches de couleur sur votre CV pour sortir du lot et ajouter une touche personnelle – du moment qu’elles sont utilisées avec parcimonie et que les couleurs s’accordent bien entre elles. Le mieux est de ne pas utiliser plus d’une ou deux couleurs. Certains outils en ligne vous permettent de générer des palettes de couleurs qui vont bien ensemble. Par exemple, coolors.co vous permet de créer et d’enregistrer des palettes en seulement quelques secondes. Il vous suffit de presser la touche espace de votre clavier, et l’application vous génère des combinaisons de couleurs qui s’accordent parfaitement entre elles.
    • Utilisez des colonnes et jouez avec les formes géométriques pour faciliter la lecture et l’organisation. Si l’aspect technique est trop compliqué pour vous, de nombreux sites en ligne proposent des templates gratuits ou payants que vous n’avez plus qu’à remplir.

    Checklist :

    ☑ Ma police d’écriture est simple, facile à lire et moderne.

    ☑ Mon CV affiche quelques touches de couleurs et reflète ma personnalité

    ☑ Les marges et espacements de mon document sont consistants et identiques sur toute la feuille

    ☑ La mise en forme des dates, titres et noms d’entreprise est consistent (e.g. souligné, en gras, en italique, etc.)

Une fois toutes ces modifications effectuées, n’oubliez pas de demander à l’un de vos proches de relire votre CV. Leur avis sera forcément précieux !

Les 21 meilleures questions à poser en entretien d’embauche

Les questions à poser en entretien d'embauche

Cela fait bientôt 45 minutes que votre entretien d’embauche a commencé. La conversation commence à retomber naturellement, et vous sentez que votre échange touche à sa fin. C’est là que le moment que vous redoutiez tant arrive. Le recruteur pose son regard sur vous, et vous demande : « est-ce que vous avez des questions ? ».

Après un entretien long et stressant, rien de plus facile que d’afficher un grand sourire et de répondre « pas vraiment, vous avez déjà répondu à tout !« . Mais à l’heure où de plus en plus d’entreprises mettent la personnalité des candidats au coeur du processus de recrutement, vous passez sans vous en rendre compte à côté d’une grande opportunité de faire une bonne impression.

Ne pas avoir de questions à poser donne au recruteur le sentiment que vous n’êtes pas préparé ou désintéressé. Il est donc plus que jamais important de bien préparer son entretien d’embauche pour répondre au mieux aux questions qui vous seront posées, mais aussi poser des questions qui vous permettront d’engager une véritable conversation avec le recruteur. 

Découvrez ci-dessous 21 exemples de questions à poser lors de votre entretien d’embauche. Choisissez-en entre 7 et 10, afin d’être sûrs que le recruteur n’aura pas répondu à toutes vos questions naturellement lors de votre échange. Vous pourrez alors répondre sans stress à cette dernière question tant redoutée.

Les meilleures questions à poser en entretien

  • Selon vous, quelles sont les qualités les plus importantes, professionnelles ou personnelles, pour que quelqu’un puisse réussir dans ce rôle ?
  • Comment comptez-vous mesurer le succès à ce poste ?
  • Cette position est-elle une création de poste ?
  • Quels sont les projets les plus importants qui devront être traités lors de la prise de poste ?
  • Quels sont les plus grands obstacles auxquels une personne dans cette position serait confrontée ?
  • Comment se déroule votre processus d’évaluation des performances ?
  • En repensant aux personnes que vous avez eues à ce poste auparavant, qu’est-ce qui différenciait ceux qui excellaient à cette position comparé aux autres ?
  • Avez-vous une forme de parcours d’intégration pour les nouveaux membres de l’équipe ?
  • Comment décririez-vous la culture de l’entreprise ?
  • Comment décririez-vous l’environnement de travail ? Votre modèle est-il plutôt collaboratif ou indépendant ?
  • Quelle est la plus grande raison pour laquelle vous aimez travailler ici ?
  • Quel est selon vous le plus grand défi auquel votre équipe ou votre entreprise est confrontée ?
  • En quoi ce poste aide-t-il votre département à atteindre ses objectifs ?
  • Comment l’entreprise a-t-elle évolué au cours de ces dernières années ?
  • Votre rôle a-t-il changé / comment avez-vous évolué dans vos missions depuis votre arrivée dans l’entreprise ?
  • Où est-ce que l’entreprise aimerait être dans cinq ans ?
  • Pouvez-vous me parler de l’équipe avec laquelle je serais amené.e à travailler ?
  • Avec qui travaillerai-je le plus au quotidien ?
  • Souhaitez-vous que je clarifie quelque chose au sujet de mes qualifications ?
  • Avez-vous d’autres questions à me poser sur mon parcours ?
  • Quelles sont les prochaines étapes du processus de recrutement ?

En conclusion : les choses à faire … et à ne pas faire

Préparez votre liste de questions à l’avance

L’entretien d’embauche n’est pas à sens unique. Il s’agit aussi de savoir si l’entreprise vous plaît et si le poste vous permettra de vous épanouir. Poser des questions est le meilleur moyen pour vous d’en apprendre plus sur la culture de l’entreprise et sur ses valeurs. Cela évite aussi les grosses surprises lors du premier jour.

Alors oubliez votre timidité : poser des questions est un bon moyen de montrer votre personnalité au recruteur et d’engager un vrai dialogue. Votre candidature n’en sera que plus intéressante !

Evitez d’aborder le sujet du salaire (même si vous êtes pressés, on comprend)

Souvenez-vous également qu’il est important de ne pas poser de question sur le salaire ou les avantages lors de votre premier entretien. Attendez les dernières étapes du processus d’embauche pour négocier – et laissez toujours l’entreprise aborder le sujet en premier.

Ce n’est pas une question d’hypocrisie : le but n’est pas de faire croire au recruteur que l’argent n’est pas l’une de vos priorités. Il s’agit seulement de garder la balle dans votre camp pour d’éventuelles négociations à venir.

Prenez des notes

En plus de la liste de questions que vous aurez rédigé à l’avance, essayez de poser des questions en lien avec ce qui a été dit plus tôt. Il est pour cela primordial de bien prendre des notes lors de votre entretien. Utilisez un coin de votre carnet pour noter les questions qui vous passent par la tête au fur et à mesure de votre discussion. Cela montre aussi à l’employeur que vous être sérieux, intéressé et organisé.

Ne posez pas de questions personnelles

Connaître les questions à poser lors d’un entretien d’embauche est un grand plus. Mais il est tout aussi important de connaître celles à ne pas poser.

Il est normal de vouloir créer une connexion avec votre recruteur. L’un de vos objectifs principal est de sortir du lot, et rien de mieux pour cela que de laisser transparaître votre personnalité. Malgré tout, faites attention aux questions qui pourraient sembler personnelles ou confidentielles. Toutes les questions en lien avec le statut familial de l’employeur, son genre, son ethnicité ou ses relations personnelles avec ses collègues ou supérieurs sont hors limites.

Soyez vous-même !

Soyez authentique lorsque vous posez ou répondez aux questions. C’est le meilleur moyen de mettre toutes les chances de votre côté. L’entretien d’embauche est une discussion, pas un interrogatoire. Gardez cela en tête, et les questions viendront plus naturellement. Cela vous permettra également d’être moins stressé.

Les 3 étapes cruciales pour écrire le parfait résumé Linkedin

Café, ordinateur, faire son profil Linkedin

Pourquoi certains profils LinkedIn semblent-ils bien plus intéressants que d’autres ? Comment assurer de la visibilité à votre profil professionnel tout en faisant ressortir votre personnalité pour convaincre les recruteurs ?

LinkedIn est désormais un acteur capital de la recherche d’emploi. 94% des recruteurs disent utiliser LinkedIn pour rechercher des candidats, et votre profil a de grandes chances de ressortir dans les premières positions sur Google lorsqu’une personne recherche votre nom.

Une fois le recruteur potentiel arrivé sur votre page, deux choses lui sautent rapidement aux yeux : votre photo de profil, et votre résumé.

Votre résumé, sorte de condensé de votre histoire et de votre objectif, est donc un élément crucial de votre profil : en plus de vous rendre plus visible auprès des recruteurs, il permet aux employeurs de se faire une idée de votre personnalité… et d’avoir envie de vous rencontrer !

Il est donc important de vous assurer que vous pouvez présenter à d’éventuels recruteurs un profil complet et un résumé travaillé pour mettre toutes les chances d’embauche de votre côté. Voici 3 étapes à suivre pour un résumé LinkedIn hors du commun !

  1. “Start With Why” : Utilisez votre résumé pour partager ce qui vous inspire

    Depuis une mise à jour récente des profils LinkedIn, les résumés n’affichent désormais que trois lignes lorsqu’un utilisateur arrive sur votre page. Ces trois lignes de texte sont donc cruciales pour attirer l’attention des recruteurs potentiels, et les encourager à cliquer sur “lire plus”.

    Pour donner envie aux recruteurs d’en savoir plus sur vous, votre résumé doit donc laisser transparaitre votre personnalité dès les premières lignes, et montrer non seulement ce que vous faites, mais aussi comment vous en êtes arrivés là.

    Suivant l’approche de Simon Sinek sur comment les grands leaders inspirent l’action, la meilleure manière de structurer votre résumé LinkedIn est en commençant non pas par le quoi (ce que vous faites aujourd’hui), mais par le pourquoi (pourquoi vous faites ce que vous faites aujourd’hui).
    L’idée est simple : “People don’t buy what you do, they buy why you do it” (en d’autres mots, pour les anglais LV2 : les gens n’achètent pas ce que vous faites, il achètent pourquoi vous le faites).

    Cercles Start With Why

    Un recruteur potentiel pourra connaitre votre quoi sans difficulté (dans vos expériences, votre éducation, ou même votre statut LinkedIn). Le résumé, en revanche, reste l’un des seuls endroits ou vous pourrez exprimer librement votre pourquoi.

    Profitez de ce champ d’expression libre pour développer dans les 3 premières lignes de votre résumé un “storytelling” qui vous permettra de tenir le recruteur potentiel en haleine et de lui communiquer de manière pertinente et captivante les informations que vous souhaitez vraiment qu’il retienne de vous dès que votre profil apparait.

    Prenons deux exemples :

    • “Actuellement en recherche d’une opportunité professionnelle dans le domaine de la vente à domicile de merguez-saucisses. CAPA spécialité Ouvrier Polyvalent du Travail des Viandes, 5 ans d’expérience.”
      ou
    • “Ma passion pour la vente à domicile de merguez-saucisses a commencé par un événement bouleversant : ma rentrée des classes en CM1.”

    Sur laquelle de ces deux versions auriez-vous le plus envie de cliquer pour en apprendre plus ?

  2. Listez vos accomplissements et vos succès

    La modestie est une grande qualité. Mais la recherche d’emploi implique également se savoir se “vendre” au recruteur, et lui montrer de quoi vous êtes capables.

    Ne pas savoir présenter et mettre en avant ses succès pourrait couter cher à votre développement professionnel sur le long terme.

    Prenez un papier et un stylo, et listez dans chacune des catégories suivantes ce dont vous êtes le plus fier. N’hésitez pas à continuer cet exercice tout au long de l’année en gribouillant au fur et à mesure les résultats que vous avez obtenus dans votre métier.

    • Vos plus grands succès professionnels

    Ce que vous avez réussi à mettre en place, à transformer, ou à accomplir dans vos expériences professionnelles passées.

    Exemple : « J’ai participé au changement complet de l’identité visuelle de la marque et ai réalisé un nouveau logo désormais intégré à toutes les communications de l’entreprise. »

    • Des chiffres et éléments concrets pour mesurer vos réussites

    Ces informations devront être des exemples plus spécifiques et mesurables de vos accomplissements passés.

    Exemple : « Mes créations éditoriales et l’intégration de nouveaux articles ont permis d’augmenter le trafic vers le site web de 180% en seulement 6 mois. »

    • Ce qui vous différencie des autres dans votre métier

    Qu’est-ce qui vous rend unique ? Pourquoi le recruteur qui parcours votre profil devrait absolument vouloir travailler avec vous ?

    Exemple : « Mon parcours est différent des autres personnes qui travaillent dans cette industrie. Mes études de graphisme font aujourd’hui de moi une meilleure Responsable Marketing car elles m’ont enseigné la créativité et l’importance des détails. »

    • Vos “super pouvoirs”

    Ce que vous faites mieux que tous les autres – et qui vous rend fier.e !

    Exemple : « Je peux expliquer des concepts mathématiques et statistique complexes de manière extrêmement simple et compréhensible à mes collègues, ce qui contribue grandement à améliorer notre travail d’équipe ! »

  3. Inclure des mots-clés

    Les “mots-clés” sont des mots ou phrases considérés comme “référence” lorsque vous recherchez une information dans un domaine particulier. Ils permettent donc d’associer votre profil à certains mots en lien avec votre métier ou votre industrie.

    Faire figurer les bons mots-clés sur votre profil est donc essentiel pour que vous soyez sûrs que votre profil soit visible aux recruteurs lorsque ceux-ci recherchent des candidats pour un poste.

    Les recruteurs savent précisément les compétences qu’ils recherchent chez un candidat. Ils procèdent donc, depuis le moteur de recherche de LinkedIn, à une recherche de certains mots-clés en lien avec le poste à pourvoir et les compétences demandées.

    En tant que chercheur d’emploi, vous devrez donc être sur que les mots-clés les plus importants en lien avec votre industrie figurent bien sur votre profil et dans votre résumé.

    Si vous êtes Webdesigner, par exemple, vous devrez faire figurer les mots “graphiste”, “designer”, “site web”, “Photoshop”, “CSS”, etc. Cela permettra également au recruteur d’être immédiatement rassuré sur vos compétences lorsqu’il découvre votre profil – et d’augmenter vos chances de décrocher un entretien d’embauche !

Les 9 phrases à ne jamais prononcer lors d’un entretien d’embauche

Femme en entretien d'embauche

Il y a certaines choses qu’il vaut mieux ne pas dire à notre employeur potentiel lors de notre entretien d’embauche. Cette rencontre fait partie des moments ou partager trop d’informations sur votre vie personnelle ou professionnelle peut vous porter préjudice – voir même vous faire passer à côté d’une offre d’emploi.

Pour bien préparer son entretien d’embauche, il faut donc réfléchir en amont à ce que l’on prévoit de dire, aux questions que l’on prévoit de posermais aussi à ce qu’il vaut mieux ne pas dire.

Voici 9 phrases ou questions que vous ne devriez jamais poser lors d’un entretien d’embauche, quel que soit votre niveau de compétence pour le poste.

“Je détestais mon ancien job !”

Vous avez tout à fait le droit de ne pas avoir été satisfait par votre ancien travail ou entreprise. C’est d’ailleurs peut-être la raison pour laquelle vous cherchez ailleurs, et elle est très certainement légitime.

Cependant, inutile de cracher sur votre ancien poste devant votre potentiel nouvel employeur. Cela amènera probablement le recruteur à se demander si vous parlerez de la même manière de son entreprise un jour.

À la place, concentrez-vous (sans mentir) sur des aspects positif du job pour lequel vous avez candidaté. Vous pourrez faire une comparaison respectueuse avec votre ancien poste.

  • Exemple : “Je voulais vraiment évoluer dans un poste plus stratégique, qui m’offre une certaine liberté création, comme c’est le cas pour le poste que vous proposez”.

 

“Par contre, j’ai déjà prévu 2 semaines de vacances la première semaine d’avril…”

Attendez d’avoir reçu une offre concrète avant de demander des jours de congés.

Si vous avez déjà effectué des réservations coûteuses et non remboursables, rien de vous empêche d’en parler à votre nouvel employeur.

Cependant, pas besoin d’en parler durant votre premier entretien d’embauche au risque de sembler plus intéressé par vos vacances entre potes à Madrid que par le poste pour lequel vous postulez.

De même, évitez d’attendre de signer le contrat pour évoquer votre situation au risque de paraitre malhonnête. Donner à votre employeur le sentiment d’être dos au mur n’est pas idéal pour construire une bonne première impression.

Le meilleur moment pour aborder le sujet sera après avoir reçu une offre, mais avant de l’accepter. Même dans cette situation, abordez toujours le sujet sous forme de question. Rappelez-vous que rien n’oblige votre employeur à accepter votre demande et à se plier à votre calendrier.

Restez polis et humbles, préparez-vous à un refus et surtout – n’insistez pas lourdement.

“Vous payez combien ? ”

Laissez toujours le recruteur aborder le sujet de la rémunération et des avantages en premier.

Il est bien évidemment normal de vouloir connaitre le salaire proposé pour le poste que vous convoitez. Mais il est inutile de montrer votre impatience en posant la question trop tôt.

Attendez patiemment que le recruteur vous pose la question ou fasse une proposition. Il ne voudra certainement parler finances que s’il est intéressé par votre candidature ou souhaite continuer avec vous le processus de recrutement, ce qui est une plutôt bonne nouvelle !

“Je n’ai pas de questions, vous avez déjà répondu à tout ! ”

Assurez-vous que vous avez une liste d’au moins une douzaine de questions pertinentes à poser lors de votre entretien (autres que les chèques vacances ou les plats servis à la cafét’).

De cette manière, si certaines de vos questions sont répondues naturellement durant l’entretien, vous aurez toujours de quoi montrer votre intérêt grâce à des interrogations un peu plus approfondies.

Rédiger une liste de question avant l’entretien vous forcera également à faire des recherches sur l’entreprise. Vous serez ainsi plus à l’aise pour montrer l’étendue de votre intérêt au recruteur !

“Je veux vraiment ce travail / j’en ai vraiment besoin ! ”

Même si vous êtes dans une situation personnelle délicate ou désirez vraiment le job pour lequel vous avez postulé, s’apitoyer sur votre sort ou supplier le recruteur lors de votre entretien n’apportera rien – bien au contraire.

Il est bien sûr préférable d’exprimer clairement votre intérêt pour le poste. Cependant, vos désirs et envies n’ont en soi aucune importance. Il ou elle recherche la personne qui saura apporter le plus à l’entreprise, et non pas celle qui veux le plus le job en question. Montrez plutôt que vous êtes la personne idéale pour ce poste, et que votre motivation n’est qu’un gros plus !

  • Exemple : “Cette fonction correspond tout à fait à mes attentes et à mes compétences, et sachez que je serais très heureux.se de pouvoir rejoindre vos équipes. »

“Mon plus grand défaut ? Je suis perfectionniste !”

Il peut paraître très difficile de devoir mettre en avant ses défauts dans une situation d’entretien, sachant que c’est bien souvent l’occasion de nous vendre afin d’obtenir le job de nos rêves.

N’oubliez cependant pas que les recruteurs sont humains et savent très bien que tout le monde a des défauts, petits ou grands. Essayer de faire passer vos qualités pour des défauts démontre non seulement un manque d’honnêteté, mais aussi que vous n’assumez pas vos défauts ou pire – que vous ne les connaissez pas.

À l’inverse, évitez en revanche d’être trop francs. Répondre à “quels sont vos défauts ?” par “je n’ai aucune patience et je déteste les enfants” est très honnête, mais n’apportera rien à votre candidature. Présentez donc de vrais défauts, mais toujours dans le contexte de votre job actuel. Montrez comment vous les surmontez ou les efforts que vous mettez en place pour vous améliorer dans ces domaines.

  • Exemple : “Il est souvent difficile pour moi de faire des présentations orales en public, car je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de faire cet exercice à mon ancien poste. J’espère pouvoir m’améliorer grâce aux présentations mensuelles dont vous m’avez parlé plus tôt !

“Quel est le plus gros concurrent de votre entreprise ?”

Ne posez jamais de question qui pourraient laisser penser que vous n’avez pas fait vos recherches sur l’entreprise au préalable.

Vous devriez connaitre l’entreprise dans les grandes lignes, et vous être renseigné sur ses activités, ses produits et ses concurrents – pas seulement avoir parcouru brièvement leur site web.

Il est parfaitement normal de ne pas tout comprendre de l’entreprise avant l’entretien. Mais dans ce cas-ci, montrez au moins au recruteur que vous avez fait vos recherches.

  • Exemple : “J’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches sur vos produits et ai pu constaté que vous étiez leaders dans la vente de chouquettes fraîches en ligne. Considérez-vous les géants du web comme Amazon des concurrents potentiels ? »

“Pouvez-vous m’expliquer ce que vous faites dans l’entreprise ?”

Avant chaque entretien, vous devriez vous être renseigné sur la ou les personnes qui vont vous recevoir.

Lors de l’organisation de votre rencontre, n’hésitez pas à demander qui seront vos interlocuteurs. Echangerez-vous avec un.e manager, le ou la responsable des ressources humaines… ?

Notez leur nom, et faites une recherche en ligne afin d’en apprendre plus sur leur parcours et leur rôle dans l’entreprise. Si vous vous découvrez des points communs (comme un employeur en commun ou le même parcours à l’université), vous pourrez peut-être les aborder en entretien.

Évitez cependant de leur demander si les moules-frites du restaurant au bord de plage pendant leurs vacances à Barcelone en 2015 étaient bonnes, au risque de passer pour un psychopathe. Plus sérieusement, restez centrés sur le professionnel.

“Désolé.e, je suis très nerveux.se”

Si vous êtes nerveux, sachez que le recruteur l’a probablement remarqué également. Inutile donc d’en rajouter une couche en exprimant à haute voix votre anxiété.

Soyez confiant en vos aptitudes et vos compétences. Montrez que vous avez fait vos recherches et possédez un vrai intérêt pour l’entreprise. Il est tout à fait normal d’être stressé durant un entretien. Et du moment que votre stress ne se transforme pas en panique, le recruteur ne vous en tiendra pas rigueur !

SaveSave