Comment (bien) investir son argent avant 30 ans

Des billets et un carnet sur comment investir son argent

Si vous avez pour objectif de devenir riche, vous devez le savoir : gagner de l’argent ne sera pas suffisant. L’essentiel, c’est surtout de le garder.

C’est d’ailleurs ce que vous diront tous les millionnaires. La règle numéro un quand il s’agit de faire grossir son compte en banque durablement, c’est de faire travailler votre argent pour vous.

Et cela passe par deux points essentiels : (1) faire fructifier votre argent, et (2) vous construire un revenu passif.

Et dans la grande majorité des cas, cela implique d’investir.

Ce n’est plus un secret que grâce aux pouvoirs de l’intérêt composé, plus vous commencez à faire fructifier votre argent tôt, meilleurs seront les résultats. Et la vingtaine est le moment idéal pour commencer.

Même si vous n’investissez que de petites sommes, c’est au final la régularité qui paie le plus. Et en commençant jeune, vous vous mettez de votre côté un avantage temporel précieux.

Nous abordons en détails dans cet article les différentes étapes pour investir son argent avant 30 ans, et les nombreux avantages dont vous pourrez profiter en mettant vos peurs de côté.

Pourquoi investir ?

Devenir riche ne s’arrête pas a gagner plus d’argent : il s’agit surtout de garder celui que vous avez.

« La richesse n’est pas la même chose que le revenu. Si vous gagnez un bon salaire chaque année mais que vous dépensez tout, vous ne devenez pas plus riche. Vous avez juste un niveau de vie élevé. »  — Thomas Stanley

Mais j’irais même plus loin : ce qui fera la différence, c’est avant tout la façon dont vous faites travailler l’argent que vous avez.

Épargner est bien sûr une première étape indispensable dans la prise en main de ses finances personnelles. Mais cela ne fait pas tout, surtout quand votre objectif est d’accumuler de la richesse sur le long terme.

C’est l’un des arguments que Robert T. Kiyosaki, auteur du best seller Père Riche, Père Pauvre, présente dans son livre. Il y explique notamment la différence entre un actif et un passif dans le monde des finances personnelles.

Pour l’expliquer simplement, un actif est un bien qui vous rapporte de l’argent, tandis qu’un passif est un bien qui vous en coûte. Par exemple, acheter une voiture neuve sera considéré comme un passif, car votre automobile vous coûtera de l’argent dès l’achat et continuera à vous en coûter au fil du temps (essence, entretien mais aussi dépréciation).

Un actif, quant à lui, peut consister en des actions qui vous rapportent des dividendes, des investissements immobiliers ou autres, des placements qui vous rapportent des intérêts… Tout ce qui ajoute de l’argent dans votre poche plutôt que d’en enlever.

Selon Kiyosaki, le secret de la richesse est d’utiliser en priorité son argent pour financer des actifs… là où plupart des personnes qui se mettent en difficulté financière vont avoir tendance à dédier leur budget à l’acquisition de passifs. Et souvent, sans même se rendre compte que cela peut être néfaste pour leur portefeuille…

Court terme vs. long terme

Dans l’idéal, tout le monde voudrait gagner de l’argent rapidement et facilement. Et peu d’entre nous refuseraient l’opportunité d’investir dans quelque chose qui nous rapportera de l’argent sans rien faire.

Pourtant, à peine plus de 11% des français détiennent des actions en bourse.

Et l’un des principaux freins à l’investissement, en dehors de la peur du risque, est la difficulté à se projeter sur le long terme. Entre changer de voiture maintenant et placer une somme d’argent régulière dans une assurance vie qui sera bloquée pendant 8 ans, nous sommes trop nombreux à choisir la première option… Sans penser aux nombreux avantages sur le long terme de la première.

Pourtant, le constat est clair : dans un cas, vous dépensez de l’argent pour acheter quelque chose qui vous en coûtera encore plus avec le temps. Dans le second, vous payez maintenant pour vous offrir un revenu passif et régulier sur le long terme.

Bien sûr, vous aurez forcément besoin d’acquérir des passifs dans votre vie. Mais vous devriez faire en sorte de mettre de côté une somme d’argent régulière chaque mois dans le but de financer également l’achat d’actifs.

C’est ce qu’on appelle la gratification différée, souvent illustrée grâce au fameux test du marshmallow. La recette du succès financier pourrait bien être de savoir retarder la gratification à plus tard pour gagner plus, notamment avec la magie de l’intérêt composé.

Quand investir ? 

En commençant à investir à moins de 30 ans, vous vous donnez un avantage considérable pour la construction d’une richesse à vie.

Mais le but n’est absolument pas de se lancer sans savoir ce que l’on fait, ni sans s’y être préparé.

Avant de commencer à investir, vous devriez vous assurer que vous avez assez d’argent de côté pour couvrir confortablement vos dépenses de base, et avez un fonds d’urgence solide en cas d’imprévu.

Vous pouvez utiliser le schéma suivant pour savoir comment utiliser vos revenus :

La Cascade des Dépenses

Il faut également garder en tête que la vingtaine est souvent une période où nous construisons notre vie et notre futur. Mariage, carrière, enfants… Il s’agit de trouver le juste équilibre entre l’investissement et les changements de vie qui arrivent souvent avant 30 ans.

L’essentiel, c’est de commencer.

Même si vous constatez que vous n’êtes pour l’instant pas prêts à investir votre argent, cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas commencer à vous renseigner dès maintenant. Au contraire : mieux vaut ne pas attendre pour commencer.

Apprendre à investir son argent demandra forcément un peu de curiosité et d’apprentissage de votre part. Mais apprendre ne veut pas dire s’ennuyer, bien au contraire. Même si le sujet peut paraître peu sexy, le monde des finances personnelles est en réalité bien plus intéressant qu’il n’y paraît, surtout lorsque sait qu’il s’agit d’un moyen de créer son futur.

Comment investir son argent ?

Actions

Pour faire simple, une action est une part de la propriété d’une entreprise. Lorsque vous achetez les actions d’une société, comme Apple par exemple, vous détenez donc des parts dans cette entreprise.

Certaines actions rapportent également ce qu’on appelle des dividendes, c’est à dire une partie des bénéfices net de l’entreprise qui est versée à ses actionnaires.

Quand on investit en bourse via des actions, le risque le plus important est celui de perte en capital. C’est pourquoi il est recommandé d’éviter d’acheter les actions d’une seule société, mais plutôt de diversifier son portefeuille pour pouvoir compenser les baisses plus facilement.

Obligations

À la différence des actions, les obligations sont des placements émis par des entreprises, par l’Etat ou par des collectivités locales qui désirent emprunter de l’argent en versant en contrepartie un revenu régulier à ses investisseurs.

Une obligation est donc en quelque sorte la part d’une dette qui vous permettra de profiter d’intérêts chaque année, puis d’un remboursement complet à l’échéance du titre. Elles sont donc en général moins risquées que les actions en bourse, le risque principal étant ici la défaillance de l’émetteur.

Épargne salariale

L’épargne salariale est l’un des endroits les plus simples dans lesquels vous pouvez commencer à investir.

Obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, elle vous permet via des systèmes de placement (PEE, PERCO…) d’investir tout ou partie de vos primes d’intéressement, de participation ou encore d’y effectuer des versements volontaires du montant de votre choix.

Vous aurez la possibilité de choisir de placer votre argent sur un ou plusieurs fonds proposés par votre plan, selon votre degré de risque.

Assurance vie

L’assurance vie est également une solution de placement financier. Elle vous permet de vous constituer un capital sur le long terme en y plaçant des versements auxquels vont s’ajouter les intérêts générés.

Même si elle est aujourd’hui souvent utilisée comme un contrat d’épargne, elle vous permet malgré tout bénéficier d’avantages fiscaux intéressants, ainsi que de profiter d’un moyen de se constituer un capital, d’anticiper un projet immobilier ou encore de préparer sa retraite.

Immobilier

Tout comme l’assurance vie, l’immobilier est l’une des solutions d’investissement préférées des français.

Mais en tant que jeune actif de moins de 30 ans, il peut être difficile de débloquer les fonds nécessaires à un achat de bien immobilier. C’est pourquoi il existe aujourd’hui plusieurs solutions de financement participatif (également appelé “crowdfunding immobilier”), qui vous permettent de financer collectivement des projets immobiliers en regroupant les placements de plusieurs investisseurs. C’est par exemple le cas des plateformes Lymo.fr et WiSeed.

Doit-on demander de l’aide avant d’investir son argent ?

Avez-vous besoin de vous renseigner auprès d’un conseiller financier avant de commencer à investir ? Tout dépend de votre situation.

Comme on vous le disait plus tôt, l’essentiel est de ne pas vous lancer sans maîtriser le sujet ni savoir de quoi vous parlez. Mais si vous êtes jeunes et souhaitez seulement commencer à investir de petites sommes par mois, sans mettre en danger votre situation financière, un conseiller n’aura peut-être pas grand chose à vous dire.

Vous pouvez en revanche envisager au moins un rendez-vous afin de présenter vos objectifs et de récupérer des conseils, mais vous devriez y aller suffisamment préparés pour que votre discussion soit utile.

Il existe également beaucoup d’autres moyens d’obtenir des conseils et astuces : recherches en ligne, livres, cours en ligne & MOOC, communautés comme Reddit… Le choix est libre !

 

Screenshot Workbook Finances Personnelles

Épargne salariale, intéressement, participation… les avantages de l’épargne d’entreprise

Avantages épargne salariale employeur CIC

L’épargne salariale fait partie des dispositifs financiers encore trop méconnus, en particulier chez les jeunes actifs. En dehors du versement potentiel de leur prime d’intéressement ou de participation, peu de salariés se penchent vraiment sur les points clés de cet investissement.

Pourtant, lorsqu’elles sont utilisées correctement, ces options d’épargne peuvent réellement vous rapporter de l’argent à terme. Il serait donc dommage de négliger ces avantages qui peuvent être un véritable “plus” à votre salaire.

Pour vous accompagner, découvrez ci-dessous tout ce qu’il faut savoir sur les avantages de l’épargne salariale employeur pour en profiter au mieux.

L’épargne salariale, qu’est-ce que c’est ?

L’épargne salariale est un système d’épargne mis en place dans certaines entreprises. Elle permet notamment aux salariés d’investir leurs primes afin d’augmenter leur épargne tout en bénéficiant d’avantages fiscaux très intéressants.

Votre épargne est alors construite principalement grâce au versement de vos primes de participation, d’intéressement et/ou par des versements volontaires.

Plus globalement, nous retrouvons 3 composants principaux de l’épargne salariale, que nous allons détailler ci-dessous :

  • Les primes de participation et d’intéressement
  • Les plans d’épargne salariale (PEE, PEI, PERCO)
  • L’achat d’actions ou l’attribution gratuite d’actions aux salariés

▶︎ La participation et l’intéressement

Si votre entreprise a mis en place un dispositif d’intéressement ou de participation aux résultats, grâce au système d’épargne salariale, elle peut alors verser à ses salariés une prime liée à la performance de l’entreprise (l’intéressement) ou correspondant à une part de ses bénéfices (la participation).

La participation est obligatoire à partir de 50 salariés, mais l’intéressement reste quant à lui facultatif. Le montant de la chacune de ces primes peut être réparti de manière uniforme, proportionnelle à votre salaire ou à votre temps de présence, ou une combinaison de plusieurs de ces critères. Cela dépendra de votre entreprise et des accords mis en place : n’hésitez donc pas à vous renseigner directement auprès de votre employeur pour plus d’informations.

Versement des primes & options d’épargne salariale

Lors du versement de la prime de participation ou d’intéressement, le salarié peut selon ses préférences :

  • Demander un versement direct, total ou partiel
  • Demander le dépôt de ces sommes sur un plan d’épargne salariale

 

En revanche, si vous demandez le versement direct, ces sommes seront alors soumises à l’impôt sur le revenu. Et c’est là tout l’avantage de l’épargne d’entreprise : en décidant de placer des sommes sur un PEE, un PEI ou un PERCO, vous êtes alors exonéré d’impôt sur le revenu. Un avantage non négligeable dont il peut être intéressant de profiter sauf en cas d’urgence financière.

La prime d’intéressement est systématiquement rendue immédiatement disponible, mais vous pouvez si vous le souhaitez choisir de la placer sur un plan d’épargne salariale.

Pour ce qui est de la participation, si vous souhaitez le versement immédiat des sommes, vous devrez en faire la demande sans quoi, à défaut, elles seront placées sur un plan d’épargne salariale et rendues indisponibles pendant 5 ans (sauf pour les cas de déblocages anticipés que nous verrons ci-dessous).

▶︎ Les différents plans d’épargne salariale (PEE, PEI, PERCO)

Les 3 dispositifs principaux d’épargne salariale sont les suivants :

 

Le Plan d’Épargne Entreprise

C’est la forme d’épargne salariale la plus utilisée en France. Le plan d’épargne entreprise (ou PEE) est un système d’épargne qui permet aux salariés de se constituer un portefeuille en actions, obligations ou en devises.

Si ce dispositif a été mis en place dans votre entreprise, il est alors disponible pour tous les employés, en dehors d’une ancienneté de minimum 3 mois qui peut être exigée.

Versements

Les versements sur votre PEE sont facultatifs, mais dans tous les cas, vous pouvez décider d’y placer vos primes d’intéressement et/ou de participation, les sommes d’autres plans d’épargnes salariales (hors Perco), les sommes provenants d’un compte épargne temps ou des versements volontaires de votre épargne personnelle.

En revanche, il faut avoir que les versements volontaires que vous effectuez sont plafonnés : vous ne pourrez pas y placer plus de 25% de votre rémunération annuelle brute.

Blocage des sommes

Les sommes investies dans votre PEE seront bloquées pendant au moins 5 ans. En revanche, certaines situations peuvent justifier un déblocage anticipé. Il s’agit entre autres de :

– Mariage ou Pacs
– Divorce ou séparation avec la garde d’au moins 1 enfant
– Naissance (ou adoption) d’un 3ème enfant
– Acquisition, construction, remise en état ou agrandissement d’une résidence principale
– Invalidité ou décès (vous ou votre époux.se)
– Rupture du contrat de travail
– Création ou reprise d’une entreprise
– Situation de surendettement

Dans la plupart de ces situations, vous devrez faire votre demande de déblocage anticipé dans les 6 mois suivant l’évènement, en dehors du décès, de l’invalidité, du surendettement ou de la rupture du contrat de travail. Dans ces cas-ci, la demande peut être faite à tout moment.

Au delà des 5 ans de blocage, vous pouvez évidemment conserver votre épargne. L’avantage est que vous pourrez continuer à profiter de sa fiscalité attractive tout en pouvant débloquer vos fonds à tout moment.

Fiscalité et avantages

Les sommes investies sur votre PEE (ainsi que les abondements de l’entreprise) sont exonérés d’impôts sur le revenu. Les revenus et plus-values générés par votre plan d’épargne restent quand à elles assujetties à la CSG et à la CRDS et aux prélèvements sociaux.

Abondement de l’entreprise

Dans certains cas (le dispositif étant facultatif), les versements que vous effectuez sur votre PEE peuvent être complétés par des contributions de l’entreprise : c’est ce qu’on appelle un abondement de l’employeur.

Par exemple, si votre employeur propose un abondement de 100% sur toutes vos versements, et que vous placez 1 000€ euros sur votre PEE, votre employeur y versera aussi 1 000€ (moins la CSG et CRDS). Vous aurez donc 1 903€ sur votre compte épargne.

En plus de cet avantage considérable, les sommes issues de l’abondement sont exonérées d’impôt sur le revenu, ainsi qu’exonérées d’impôt sur les plus-values (en dehors de la CSG / CRDS et prélèvements sociaux).

Dans tous les cas, l’abondement ne peut être au maximum que de trois fois le montant que vous avez versé (c’est à dire 300%), tout en restant plafonné à 3 178,56 € (ou 5 721,41 € si vous investissez dans des actions ou des certificats d’investissement émis par votre entreprise).

Le Plan d’Épargne Interentreprises

Le plan d’épargne entreprise peut également être mis en place au niveau de plusieurs entreprises qui n’appartiennent pas au même groupe. C’est alors ce qu’on appelle un PEI, ou Plan Épargne Interentreprises. Il s’agit donc tout simplement de la création d’un PEE commun à plusieurs entreprises. La différence avec le PEE est que les actions proposées ne comprennent pas celles des entreprises / employeur en question.

Le Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif

Le plan d’épargne pour la retraite collectif (ou Perco) est un dispositif vous permettant d’épargner des sommes qui seront rendues indisponibles jusqu’à votre départ à la retraite (sauf en cas de déblocage exceptionnel). Il est donc prévu pour anticiper sereinement son départ de la vie active en se constituant une épargne à l’aide votre employeur sur des supports d’investissement.

Une fois à la retraite, les sommes disponibles vous seront versées ou forme de rente (ou dans certains cas sous forme de capital selon l’accord collectif).

5 objectifs financiers que vous devriez atteindre avant 30 ans

Une femme assise dans un café en train de sourire

La vingtaine est une période remplie de de changements, de découvertes et de nouveautés. Et les habitudes que vous établissez durant ces années vous suivront bien souvent tout au long de votre de vie, y compris en ce qui concerne vos finances

S’il n’est jamais trop tard pour apprendre à gérer ses finances personnelles, manquer de fixer une stratégie financière précise le plus tôt possible peut vous coûter cher sur le long terme.

Dans cette période où beaucoup construisent leur carrière, se marient ou posent les fondations solides de leur futur, il est d’autant plus important de se fixer des objectifs d’épargne précis. Découvrez notre liste de 5 objectifs financiers que chaque adulte devrait avoir atteint avant ses 30 ans.

  1. Construire un fond d’urgence

    Peu importe tout ce que nous pouvons mettre en oeuvre pour essayer de nous préparer aux évènements de la vie, nous devrons toujours faire face à des imprévus.

    Avoir besoin de réparer votre voiture, soigner votre animal de compagnie, remplacer un objet électroménager qui vient de tomber en panne… Si ces dépenses n’ont pas été anticipées, cela pourrait avoir de grave conséquences sur votre budget, et parfois même des répercussions pendant des mois voir des années si vous êtes amenés à devoir faire un crédit.

    C’est pour cela que vous devriez chaque mois mettre une partie de votre revenu de côté pour alimenter un fonds d’urgence qui servira à couvrir ces dépenses imprévues qui pourraient survenir dans le futur.

    En plus de vous permettre de financier ces achats inattendus, ce coussin de sécurité vous permettra également de limiter le stress financier et de ne pas avoir à stresser lorsque vous vous retrouverez face à l’une de ces situations d’urgence.

  2. Avoir un budget personnel solide

    C’est un conseil que nous mettons en avant dans beaucoup de nos articles, car c’est probablement le plus important lorsqu’il s’agit d’apprendre à mieux gérer vos finances personnelles. Construire et suivre un budget mensuel est indispensable pour contrôler votre argent et vraiment réussir à mettre de côté.

    Vous pensez peut-être que budgétiser n’est pas fait pour vous, ou encore que vous n’avez pas le temps ni la volonté nécessaires pour suivre chaque mois un plan financier précis. Pourtant, pas d’excuses. Gérer un budget personnel est bel et bien à la portée de tout le monde.

    Si vous souhaitez garder vos dépenses sous contrôle, la seule solution sera de respecter un budget. Et si vous avez l’impression de ne jamais avoir assez d’argent pour faire tout ce que vous aimeriez faire, vous pouvez également utiliser ce processus de planification pour hiérarchiser vos dépenses et financer les achats qui sont vraiment importants pour vous.

    Pour en savoir plus sur les outils que vous pourriez utiliser pour gérer votre premier budget, vous pouvez également parcourir « Budget : les meilleurs outils pour gérer ses comptes ».

  3. Apprendre à contrôler vos dépenses

    Ce sont les petites habitudes qui paient le plus à la longue, et cela est aussi valable en ce qui concerne vos finances. Et lorsqu’il s’agit d’apprendre à mettre de l’argent de côté et limiter les dépenses impulsives, il n’est jamais trop tôt pour commencer.

    Une fois dans la vingtaine, vous devriez déjà avoir pour habitude de mettre de côté chaque mois une partie de vos revenus avec un objectif d’épargne (généralement entre 15 et 30% de votre salaire). Ainsi qu’avoir commencé à mettre en place des stratégies concrètes pour arrêter de jeter de l’argent par les fenêtres et garder vos dépenses sous contrôle.

    Sans rechercher régulièrement des moyens de réduire vos dépenses afin d’avoir plus d’argent disponible à épargner et placer, vous ne pourrez jamais faire travailler votre argent pour vous et construire une véritable richesse. Préférez-vous continuer à être esclave de vos dépenses ou prendre votre avenir financier en main ?

  4. Commencer à investir

    Mauvaise nouvelle pour tout ceux qui comptaient construire leur capital uniquement grâce à leurs livrets bancaires : vous ne pourrez jamais devenir riche seulement en épargnant.

    Si vous voulez réellement créer de la richesse, vous devez penser au-delà des économies et commencer à investir. Dans l’idéal, afin de pouvoir vraiment profiter de la magie des intérêts composés, vous devriez avoir commencé à investir avant vos 30 ans. Attendre juste quelques années de plus avant de placer votre argent peut vous priver de retours sur investissement assez conséquents sur le long terme.

    Si aimeriez bien investir mais avez trop peur de placer votre argent, demander l’aide d’un conseiller financier expérimenté. Ces professionnels ont pour objectif de vous recommander des types d’investissement selon votre style de vie et votre tolérance au risque afin de vous aider à construire un portefeuille d’investissement cohérent.

    Dans tous les cas, vous devriez également commencer à vous pencher sur le sujet des finances personnelles afin d’avoir des notions de bases pour éviter au maximum les erreurs et les incompréhensions (un bon moyen de commencer est de lire des livres sur les finances personnelles).

    La clé consiste à diversifier ses actions et ses investissements pour limiter les risques. Car dans l’ensemble, investir rapporte plus sur le long terme qu’épargner.

  5. Définir vos objectifs à long-terme

    Si vous n’arrivez pas à mettre de côté de l’argent de manière régulière, c’est sûrement parce que vous n’avez pas fixé des objectifs financiers précis avec des deadlines claires.

    Pourquoi voulez-vous mettre de l’argent de côté ? Devenir propriétaire d’ici quelques années ? Lancer à terme votre propre entreprise ? Vous marier, avoir des enfants ? Prendre votre retraite avant la soixantaine, ou avoir la possibilité de voyager autour du monde si vous le souhaitez ?

    Définissez et notez quelque-part la liste de vos objectifs, ainsi qu’une estimation du nombre d’années et du montant que vous aurez besoin de mettre de côté pour ce but précis.

    Ces objectifs seront non seulement une motivation précieuse pour mettre de l’argent de côté, mais aussi un outil essentiel pour déterminer les investissements que vous allez choisir. Cela vous permettra également d’y voir plus clair dans vos finances et de rester réalistes. Il y a certainement des dizaines d’objectifs que vous aimeriez poursuivre, mais vous ne pourrez très probablement pas tout faire tout de suite.

    Votre budget est un outil à court et à long terme, et c’est seulement avec un peu de patience, de rigueur et de travail que vous pourrez construire petit à petit les fonds nécessaires à l’accomplissement de vos rêves, même les plus fous !

Pourquoi épargner ne vous rendra jamais riche

Une tirelire avec des billets

Une fois que l’on commence à essayer de prendre ses finances en main, savoir quoi faire avec son argent peut sembler difficile. Hormis les livrets d’épargne classique, beaucoup d’entre nous ignorent comment et où placer nos économies pour en tirer le meilleur profit possible. Et pour cause : c’est un sujet qui ne nous est quasiment jamais enseigné à l’école.

Pourtant, savoir gérer ses finances est essentielEt cela nécessite forcément de connaître les produits et solutions d’épargne et d’investissement existantes.

Et sur ce sujet, les français sont plutôt frileux. Si 77% d’entre nous détiennent une épargne à la banque, seulement 36,5% possèdent une assurance vie, et à peine 10 % des français déclarent détenir des actions en bourse.  Idem pour l’épargne salariale, dont la plupart salariés ne profitent pas des nombreux bénéfices.

Pourtant, économiser de l’argent dans des livrets bancaires ne vous permettra pas de constituer et renforcer votre richesse rapidement et durablement. D’autres stratégies sont nécessaires pour vraiment mettre vos économies à profit et faire grandir votre épargne petit à petit.

Que faites-vous avec votre argent ?

Si vous êtes comme la plupart d’entre nous, une grande majorité de votre épargne dort confortablement sur un livret bancaire.

Le Livret A est le placement préféré des français. Pourtant, son taux est loin d’être avantageux : avec une rémunération de 0,75% en 2018, le rendement du Livret A ne permet même pas de couvrir l’inflation (calculée à 2,3 % en juillet 2018). C’est-à-dire que les sommes que vous placez sur ce livret perdent de la valeur au fil du temps.

Et pourtant, la plupart d’entre nous préfèrent continuer à déposer toutes nos économies dans ces solutions d’épargne. Car entre tenter de placer notre argent en dehors du confort de nos livrets bancaires, et rester dans notre zone de confort, beaucoup choisissent la deuxième solution : l’inertie.

Mais ce que beaucoup ignorent, c’est que ne rien faire avec votre argent peut également nuire fortement à vos finances… Si épargner est déjà un premier pas important vers une meilleure gestion de vos finances, impossible de vraiment faire grandir votre capital seulement grâce a elle.

Demandez à n’importe quelle personne riche. Le sont-ils devenus seulement en mettant de côté une petite partie de leur revenu sur leur Livret A, ou sont-ils sortis de l’inertie pour choisir de laisser leur argent travailler pour eux ? Faire des économies n’est pas une fin en soi – le plus important, c’est ce que vous faites avec cet argent.

Pourquoi nous choisissons (trop) souvent d’attendre

Souvent, pour les sujets qui touchent à l’argent, nous avons tendance à tout remettre à demain. Et ce pour plusieurs raisons :

  • La peur de ne pas assez pouvoir profiter. Sachez que contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, vous pouvez toujours vous amuser en économisant 30% ou plus de votre salaire. Et ne pas y croire, c’est ignorer les dizaines de milliers de personnes qui économisent une grande partie de leurs revenus chaque mois… tout en s’amusant autant que les autres (si ce n’est plus !). Cet argument de « vouloir profiter de la vie » sert bien plus souvent d’excuse pour dissimuler de mauvaises habitudes de consommation ou l’absence d’un budget solide. En réalité, passer de bons moment n’a rien à voir avoir le prix des activités choisies. Et le but n’est pas de vous priver de tout ; mais de dépenser justement pour ce qui vous rend vraiment heureux.
  • Penser que l’on ne gagne pas assez d’argent pour pouvoir économiser. Comme l’a dit Thomas J. Stanley, auteur de The Millionaire Next Door: « Combien vous gagnez d’argent est moins important que ce que vous faites avec celui que vous avez déjà« . Et cela vient d’un homme qui a passé des années à étudier ce que l’on appelle les « self-made millionaire« , c’est à dire les personnes étant devenues riches d’eux-mêmes, sans hériter de leur fortune. Car il n’existe pas de revenu minimum pour commencer à mettre de côté : l’important est la régularité.
  • La peur du risque / ne pas se sentir prêt.e. En réalité, il est probable que vous ne vous sentiez jamais prêt à 100% lorsqu’il s’agit de commencer à faire travailler votre argent pour vous. Et si la bourse chutait seulement quelques mois après que vous ayez acheté des actions ? Et si vos investissements s’avéraient mauvais ? Ce sont des questions compréhensibles – mais pourtant peu rationnelles. Vous aurez obligatoirement des victoires et des pertes sur les marchés. Mais sur le long terme, les bénéfices sont bien souvent nettement plus avantageux que de ne rien faire avec ces sommes. Vous avez donc certes un risque de perte, mais de nombreuses possibilités de gains également. En revanche, si vous gardez vos économies au chaud dans votre compte d’épargne, vous perdez de l’argent à coût sûr. En suivant les recommandations de conseillers financiers, vous pourrez tenter de trouver la meilleure solution pour placer votre argent en limitant les risques.

Quelles solutions au delà des livrets d’épargne ?

La première étape consiste à économiser pour un fonds d’urgence. Cette étape ne vous aidera pas à faire grossir votre épargne per se, mais elle est pourtant essentielle à toute stratégie d’investissement. La plupart des solutions d’épargne ou d’investissement nécessitent de rendre les sommes placées indisponibles pendant une période de temps variable. Il est donc indispensable de conserver malgré tout des sommes disponibles pour financer les achats à venir et pour faire face à d’éventuelles situations d’urgence.

Ensuite, avant de mettre les mains à la pâte, je vous encourage également à vous pencher sur le sujet des finances personnelles et à commencer à apprendre les bases de l’éducation financière. Ces thèmes sont souvent bien plus abordables qu’ils n’y paraissent. Avec quelques recherches en amont, notamment sur le web qui regorge d’articles et de MOOC sur la finance, vous pouvez très facilement commencer à apprendre les bases petit à petit.

➡️ Une solution idéale est également de lire régulièrement des livres sur les finances personnelles. Beaucoup d’entre eux sont à la fois faciles à lire et captivants – une solution idéale pour des conseils pratiques dans prise de tête.

Ensuite, lorsque vous commencez à investir, il est important de demander de l’aide et des conseils à des professionnels, comme des conseillers financiers ou experts en gestion de patrimoine. Et pas besoin d’avoir des centaines de milliers d’euros à placer pour cela. L’objectif du conseiller sera de vous accompagner dans la construction et la diversification de votre portefeuille. Il vous aidera également à calculer votre profil de risque afin de prendre les meilleures décisions financières selon votre situation.

Enfin, avant toute prise de décision, il est utile de savoir exactement pour quels objectifs vous souhaitez épargner et investir. Cela vous aidera forcément en termes de motivation – mais aussi à choisir les produits les mieux adaptés selon vos besoins (financer un achat immobilier, lancer votre entreprise…).

La magie de l’intérêt composé : quand votre argent travaille pour vous

Une femme en train de faire des calculs intérêt composé

Les intérêts composés sont l’un des concepts financiers les plus importants à connaître pour apprendre à bien gérer votre argent. Ils peuvent notamment vous aider à obtenir un rendement plus élevé sur vos économies ou vos investissements. Mais à l’inverse, ne pas maitriser la notion d’intérêt composé peut rendre vos taux d’intérêts et vos prêts bien plus coûteux…

Découvrez comment fonctionne l’intérêt composé, et comment le calculer pour profiter pleinement de ses avantages.

Les intérêts composés, qu’est-ce que c’est ?

On dit d’un intérêt qu’il est composé lorsque « les intérêts de chaque période sont incorporés au capital pour l’augmenter progressivement et porter intérêts à leur tour »*.

La définition peut paraître barbare, mais le concept reste assez simple. Lorsque vous faites fructifier une somme d’argent sur un compte épargne ou un plan d’investissement, par exemple, vous cumulez des intérêts sur les sommes que vous avez placées. Dans le cas d’intérêts composés, la somme des intérêts cumulés à la fin de la période de placement est ajoutée à votre capital et bénéficie elle aussi de nouveaux intérêts.

Plus simplement, ce sont donc des intérêts que vous touchez… sur vos intérêts.

Quelle est la différence entre un « intérêt simple » et un « intérêt composé » ?

Un « intérêt » est une somme d’argent payée périodiquement et accumulée selon un montant de base (un capital). Il existe deux formes d’intérêt :

  • L’intérêt simple
  • L’intérêt composé

Voici un exemple pour illustrer la différence entre ces deux options. Si vous placez un capital de 100€ à un taux d’intérêt de 10% par mois, vous obtenez 10€ le premier mois.

  • Dans le cas d’un intérêt simple, vous récupérez simplement les 10€ chaque mois. Le capital de base reste le même :  chaque mois, vos intérêts sont calculés sur la base des 100€.
  • Mais dans le cas d’un intérêt composé, au lieu de simplement récupérer chaque mois 10% sur les 100€ initiaux, les intérêts cumulés sont ajoutés à votre capital. Ainsi, après le premier mois, vous disposerez de 110€ (100€ d’investissement initial + 10€ d’intérêts). Ensuite, au deuxième mois, les intérêts ne seront plus calculés sur la base de 100€, mais de 110€. Vous récupérez donc 10% de 110€ = 11€ d’intérêts au deuxième mois. Et ainsi de suite. C’est donc d’un effet « boule de neige » dont vous profitez sur vos épargnes et investissements.

Pourquoi l’intérêt composé est-il si intéressant ?

L’ingrédient magique qui rend l’intérêt composé si puissant est le temps. La différence peut sembler minime au début, mais les choses prennent vite de l’ampleur au fil des mois ou des années.

Un article de Business Insider illustre l’impact de l’âge auquel on commence à épargner et investir sur notre confort financier. L’auteur prend pour cela deux personnages fictifs : Dave et Emily.

Dave et Emily placent tout les deux 200€ par mois sur un plan d’investissement avec un taux d’intérêt de 6%.

La différence : Emily commence à placer son argent à 25 ans, et Dave à 35.

Lorsque tous les deux aurons 65 ans, Emily aura 402 492€ sur son compte en banque… et Dave seulement 203 118€.

saving at 25 vs saving at 35 continued saving prettier

Emily aura donc presque le double de Dave, alors qu’elle n’aura investi que 24 000€ de plus. Grâce à la magie de l’intérêt composé, ses placements effectués jeunes lui rapportent beaucoup plus sur le long terme.

Si vous voulez faire fructifier votre capital et tirer parti des intérêts composés, il est donc important à la fois de commencer tôt, et d’être rigoureux dans la fréquence de ses placements. En commençant à mettre de côté et à épargner ou investir dès le début de votre vie active, il est possible d’atteindre des sommes importantes avec seulement un petit investissement initial.

Il faut simplement garder à l’esprit que la durée des cycles est importante. Lors du calcul des intérêts composés, le nombre de périodes de calcul a une différence significative sur le résultat. Plus le nombre de périodes de composition est élevé, plus le montant des intérêts composés est élevé. Des calculs mensuels rapporterons donc beaucoup plus que les annuels.

Comment calculer un intérêt composé  : la règle des 72

Il existe plusieurs méthodes pour calculer un intérêt composé. La formule mathématique de base est la suivante :

Valeur finale = Valeur initiale x (1 + taux d’intérêt /fréquence de capitalisation)(nombre d’années d’investissement x fréquence de capitalisation chaque année)

Ce calcul vous permettra de comprendre comment atteindre vos objectifs financiers et vous aider à garder des attentes réalistes.

En revanche, pour les non-matheux, une solution moins complexe existe : la règle des 72. Celle-ci permet de rapidement estimer le temps qu’il vous faudrait pour doubler votre argent grâce à l’intérêt composé, selon son taux, sans avoir à rentrer dans les calculs compliqués.

Vous pouvez obtenir le nombre d’années nécessaires afin de doubler votre investissement de base en divisant 72 par le taux d’intérêt dont vous profitez. Ainsi, si vous placez une somme d’argent à un taux de 5%, il vous faudra 72/5 = 14,4 ans pour doubler votre investissement. Plus votre taux et avantageux et plus votre placement est élevé, meilleur sera donc le résultat.