Un homme devant un écran pour acheter des actionsUn homme devant un écran pour acheter des actions

Mettre de l'argent de côté, c'est bien. Investir une partie de son épargne, c'est encore mieux.

Laisser trop d'argent dormir sur ses livrets d'épargne est loin d'être idéal. Surtout avec les maigres 0,50 % que vous rapporte votre livret A chaque année...

Et quand on sait qu'en comparaison, le rendement annuel de la bourse américaine est en moyenne de 10 % (pour le S&P500 avant inflation), on peut comprendre que beaucoup de personnes soient intéressées par l'idée d'acheter des actions.

Pourtant, en France, on reste de grands amoureux de l'immobilier, qui a souvent l'air moins effrayant que la bourse. Et si vous lisez cet article, vous vous êtes probablement vous-même demandé : faut-il acheter des actions ? Est-ce qu'investir en bourse est vraiment une bonne idée ?

Dans cet article, je vous partage mon opinion sur l'achat d'actions, et sur le meilleur moyen d'investir en bourse. On parlera notamment d'études sur les chances de gagner et les risques de perdre en investissant, et sur les différentes façons d'acheter des titres.

Qu'est-ce qu'une action ?

Commençons par le commencement : comprendre ce qu'est une action.

Une action, c'est une petite partie du capital d'une entreprise. L'entreprise qui souhaite rentrer en bourse (c'est-à-dire proposer ses actions à la vente) divise son capital en un certain nombre de parts. Acheter une action, c'est acheter une part de cette entreprise.

Vous devenez donc actionnaire, et possédez une petite partie du capital de cette entreprise. Sympa.

Mais en dehors de pouvoir vous la raconter en soirée en disant que vous êtes actionnaire Google, acheter une action vous permet surtout de :

  • Toucher des dividendes si la société en verse
  • Pouvoir revendre votre part quand vous le souhaitez – en général, le but étant de la revendre plus cher que vous ne l'avez achetée et donc de faire un profit

Pour les entreprises, mettre des actions en vente leur permet de grandir grâce à l'apport financier de leurs actionnaires. Vous soutenez quelque part le développement financier de l'entreprise.

Beaucoup d'entre nous sont donc intéressés à l'idée d'acheter des titres de société pour investir leurs euros durement gagnés.

Le problème, c'est que se demander "faut-il acheter des actions" peut en réalité vouloir dire deux choses :

  • Faut-il acheter des actions individuelles (aussi appelés des "titres en vif" : par exemple, acheter des actions Apple, Amazon, etc.) ?
  • Faut-il investir sur le marché actions, qui ne passe pas forcément par l'achat de titres en vif (et on explique pourquoi juste après) ?

Les deux questions sont bien différentes. Pourtant, pour celui qui débute en bourse ou n'a pas encore franchi le pas, comprendre leur différence peut être difficile. C'est justement ce qu'on va aborder dans le reste de l'article.

Faut-il acheter des actions individuelles ?

Acheter une action individuelle, c'est tout simplement acheter un (ou plusieurs) titres d'une entreprise.

C'est l'image que la plupart d'entre nous ont de l'investissement en bourse : sélectionner des actions d'entreprises dont on pense que le cours va évoluer à l'avenir, ou bien qui versent des dividendes réguliers.

Note

Les dividendes sont une forme de revenus reversée par l'entreprise à ses actionnaires.

Tout simplement, c'est une somme d'argent qui est prélevée sur les bénéfices ou sur les réserves d'argent d'une société, et qu'elle reverse à ceux qui possèdent ses actions.

Concrètement, vous recevrez périodiquement (en général trimestriellement ou annuellement) une somme d'argent selon le nombre d'actions que vous possédez dans l'entreprise en question.

Toutes les sociétés ne versent pas de dividendes, et ceux-ci ne sont pas non plus systématiques (une entreprise peut décider de ne pas ou plus en verser dans une période donnée).

Le rêve de beaucoup de ceux qui achètent des actions individuelles, c'est de trouver le prochain Amazon. D'investir dans des entreprises en espérant des rendements "exceptionnels", c'est-à-dire meilleurs que la moyenne – que ce soit sur le court ou le long terme.

Mais si acheter des actions individuelles laisse entrevoir à beaucoup l'idée de rendements potentiellement très intéressants, le potentiel de résultats catastrophique est également bien présent.

Pourquoi ? Déjà, car construire un portefeuille à partir d'actions individuelles est loin d'être une tâche facile. Trouver les entreprises dans lesquels investir est loin d'être évident. Et ce n'est pas parce que vous "connaissez" une entreprise que c'est un investissement sensé.

Pour donner un exemple que j'ai déjà entendu mot pour mot, ce n'est pas parce que vous avez loué une Tesla en vacances et que vous avez trouvé la voiture géniale qu'acheter des actions Tesla est une bonne idée. Ni même seulement parce que vous pensez que les voitures électriques sont le futur.

Acheter soi-même des actions individuelles demande bien plus de travail qu'il n'y paraît. Vous devrez construire votre portefeuille, analyser les sociétés qui vous intéressent, étudier les rapports d'entreprises, lire les avis d'analystes financiers, passer vos ordres de bourse au moment opportun et rester constamment à l'écoute de ce qu'il se passe dans les entreprises dans lesquelles vous investissez.

Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse ?
Peter Lynch

Dans ce livre, l'un des livres sur l'investissement les plus vendus de tous les temps, Peter Lynch explique pourquoi tout le monde peut investir aussi bien – voire mieux – que les professionnels de Wall Street, et vous donne les techniques pour le faire.

Mais vous devrez en plus définir vous-même votre allocation, combien d'actions acheter, diversifier dans différents secteurs, tailles d'entreprises, régions géographiques...

Acheter des actions d'entreprises sans faire ce travail en amont, c'est plus ou moins la même idée que jouer au casino.

Mais pour aller encore plus loin, même en faisant tout ce travail, rien ne vous garantit d'obtenir ces résultats "exceptionnels" qui vous tentent autant.

Car la deuxième chose à savoir, c'est que recherches ou pas, il est en réalité probablement inutile de chercher à faire mieux que la performance moyenne du marché (c'est-à-dire "battre le marché") sur le long terme.

Je ne peux pas le faire, et ce n'est pas seulement parce que j'ai fait un bac littéraire option théâtre. Vous ne le pouvez probablement pas non plus. Et c'est pareil pour les pros, y compris ceux dont le métier est littéralement de gérer des fonds d'investissement (on en parle juste après).

Il a été plus d'une fois montré que les investisseurs individuels ne parviennent que très rarement à battre le marché sur le long terme. Et pour une bonne partie de ceux qui y arrivent, le résultat relèverait plus de la chance que du talent.

Les investisseurs individuels et les gestionnaires de fonds persistent à croire qu'ils sont dotés de plus d'informations et de meilleures informations que les autres, et qu'ils peuvent choisir [avec succès] des actions individuelles.

Alors que certaines expériences qui donnent à réfléchir aident parfois ceux qui se leurrent, la tendance à avoir un excès de confiance n'est apparemment qu'une des limitations de l'esprit humain.

Robert J. Schiller et Richard ThalerPrix Nobel d'Économie

Les avantages et les inconvénients d'acheter des actions individuelles

Les avantages
  • Un contrôle plus important sur ce dans quoi vous investissez exactement
  • Des frais qui peuvent être réduits, car vous n'aurez pas les frais annuels de gestion de fonds ou d'ETF à supporter
Les inconvénients
  • Demande de passer beaucoup de temps d'analyse et de suivi sur les sociétés sur lesquelles vous investissez
  • Plus difficile d'achever une bonne diversification. Les études recommandent en général d'investir dans plusieurs dizaines d'actions en direct pour commencer à bien être diversifié, ce qui demande du temps et un investissement qui peut être conséquent
  • Plus facile de se laisser avoir par ses émotions et de réagir aux marchés en achetant ou en vendant trop fréquemment. Acheter des actions individuelles demande de la discipline et une forte compréhension des marchés
  • Plus de risque qu'en investissant sur des fonds de placement ou via des ETF

Est-ce que ça veut dire qu'investir sur le marché des actions est une mauvaise idée ? Pas du tout, et on revient sur ce point juste après.

Ce que ça veut dire, c'est que vous auriez probablement intérêt à investir dans les actions autrement qu'en achetant des actions individuelles. Et je vous explique comment faire un peu plus loin dans l'article (#suspense).

Cela ne veut pas non plus dire que vous ne devriez jamais acheter des actions individuelles. Si vous avez absolument envie de prendre le temps d'investir dans certaines actions, pourquoi pas, à condition que ces actions ne prennent pas plus de 5 ou 10% de la totalité de vos investissements.

Venons-en au point suivant : si je n'achète pas d'actions en direct, comment investir autrement sur le marché actions ?

Faut-il investir sur le marché action ?

Vous pouvez investir dans des entreprises en achetant des actions individuelles, mais pas seulement.

Et investir sur le marché des actions est même généralement une bonne idée selon votre situation financière et vos objectifs.

Comme je vous le disais dans l'introduction, le rendement moyen du S&P 500 (les actions des 500 plus grandes entreprises américaines) est en moyenne de 10 % avant inflation. Un rendement très franchement intéressant.

Voyons maintenant exactement les différentes façons d'investir dans les actions autrement que via l'achat de titres en direct. Passons donc aux fonds d'investissement, et (spoiler, mon préféré) aux ETF.

Les fonds de placements

Les fonds de placements sont des organismes de détention collective d'actifs financiers. Pour l'expliquer simplement, il s'agit de sociétés qui vont collecter l'argent d'investisseurs particuliers et l'investir en bourse. L'argent que vous placez est mis dans un pot commun avec celui d'autres investisseurs.

Vous investissez donc de votre côté dans le fonds, qui va lui-même décider dans quoi et comment il investit l'argent. Derrière ces fonds gérés de manière active se cachent des gérants d'actifs professionnels dont l'objectif est de "battre les marchés" – ici encore, d'obtenir des rendements meilleurs que la moyenne.

Étant donné que les fonds de placement investissent de grosses sommes en collectant l'argent de nombreux investisseurs, ils peuvent très facilement détenir de nombreuses actions (potentiellement des centaines). Il est donc bien plus simple d'y être diversifié qu'en achetant des actions individuelles.

On peut donc facilement se dire que les fonds de placement sont une excellente alternative à l'achat d'actions en direct. Après tout, laisser des professionnels s'occuper de choisir des actions à ma place ne peut qu'être une bonne idée, non ?

Mais comme disait mon grand-père, minute papillon ! Tout n'est pas si simple.

Je suis personnellement loin d'être fan des fonds de placements actifs. Je pense qu'on peut faire encore mieux.

Pourquoi ? Car le but des fonds gérés de manière active, c'est de faire mieux que le marché. Et en échange de cet objectif de battre les marchés, ils vous facturent des frais (souvent conséquents).

Le problème ? Il a été prouvé que la très grande majorité des fonds communs de placement ne parvient pas à battre les marchés sur le long terme.

Par exemple, une étude de la SPIVA fin 2019 montre que seulement 29 % des fonds actifs parviennent à battre le marché au bout d'un an. Et au bout de 10 ans ? Ce chiffre tombe à 13 %. Autrement dit, 87 % des fonds ne parviennent pas à battre le marché.

Graphique faut-il acheter des actions en fonds de placement
Pourcentages de fonds européens qui sur-performent par rapport au S&P Europe 350 SPIVA® Europe Scorecard

Comme j'aime le répéter : 13% des fonds seulement parviennent à battre le marché, mais 100% des fonds vous facturent des frais pour essayer. Et ces frais sont vraiment conséquents quand vous investissez sur des années ou des dizaines d'années.

J'ai moi-même fait l'erreur d'investir dans des fonds actifs dans le passé sans trop y réfléchir à deux fois. Parce que les frais sont exprimés en pourcentage, difficile de comprendre à quoi ils correspondent vraiment sur le long terme.

Exemple

Imaginons que vous placiez 25 000 € sur un fonds d'investissement, pendant 25 ans, avec un rendement moyen annuel de 7%.

Dans la situation A, vous payez 1% de frais annuels.

Dans la situation B, vous payez 2% de frais annuels.

Au bout de 25 ans, vous aurez :

  • Situation A : 105 539 € sur votre compte, et payé au total 30 147 € de frais
  • Situation B : 81 883 € sur votre compte, et payé au total 53 803 € de frais

Ce qui nous fait au final une différence de 23 656 € entre un fonds avec 1% de frais et l'autre avec 2% de frais.

Capture d'écran comparaison des frais d'OPCVM vs ETF
La différence entre les frais que je payais pour un OPCVM versus mes frais actuels en ETF

Des frais exorbitants pour une performance qui n'a rien d'exceptionnelle. Heureusement, il y a une solution à ce problème : les ETF.

Les ETF

Les ETF, aussi appelés trackers, sont techniquement aussi des fonds, mais au fonctionnement un peu différent : ils sont gérés de manière passive (dans la quasi-totalité des cas).

Un ETF, c'est en quelque sorte un gros panier de titres qui peut comporter des dizaines ou centaines d'actions, mais que vous pouvez acheter et revendre comme vous le feriez avec une action individuelle.

La différence avec les fonds de placement, c'est que les ETF ne cherchent pas à battre le marché : ils le suivent simplement. Plus précisément, ils vont répliquer les performances d'un indice boursier (comme le CAC40, le S&P500, etc.).

Chez Moneylo, nous comme de grands fans des ETF – surtout par rapport aux fonds communs de placement gérés de manière active. Déjà, car ils ne cherchent pas en vain à faire mieux que le marché tout en vous facturant des frais importants. Mais aussi et justement parce que les frais des ETF sont généralement très bas : 0,53 % en moyenne.

Investir en ETF, c'est donc s'offrir la possibilité de rendements très intéressants sur le long terme, tout en profitant de frais réduits et d'une très bonne diversification (puisque vous investissez dans des dizaines ou centaines de titres à la fois, à condition de rester sur des indices assez larges).

L'inconvénient ? Vous ne pourrez par définition pas "battre le marché". Mais comme on l'a vu plus haut, c'est souvent en voulant chercher des résultats "exceptionnels" que l'on se retrouve au final avec des rendements moins bons que la moyenne.

Pourquoi chercher à battre le marché quand on n'a que quelques petites chances d'y arriver, alors qu'on peut directement acheter le marché via un ETF ?

Mais vous vous dites peut-être que pourtant, plusieurs investisseurs ont fait fortune grâce à l'achat d'actions, non ? Par exemple, qu'en a à dire Warren Buffet, l'un des plus grands investisseurs de tous les temps ?

Son conseil : investir dans des ETF. Et ce n'est pas parce qu'il a peur qu'on lui pique ses idées. Il est simplement au courant que c'est la meilleure stratégie pour gagner de l'argent en bourse pour la quasi-totalité d'entre nous.

C'est même ce sur quoi il recommande à sa femme d'investir quand il ne sera plus là : 90 % dans le S&P 500, et 10 % d'obligations.

Un fonds indiciel avec des frais bas est l'investissement en actions le plus judicieux pour la grande majorité des investisseurs.

Warren BuffettHomme d'affaires, investisseur et philanthrope américain

Comment investir en ETF ?

Vous pouvez en théorie acheter des ETF depuis les 3 grandes enveloppes fiscales françaises : l'assurance-vie, le PEA et le compte-titres.

Le PEA est une option intéressante, car il vous permet d'investir dans des ETF qui ne suivent pas que des indices européens mais aussi mondiaux, sans avoir à supporter les frais de gestion de l'assurance-vie.

Note

L'assurance-vie se découpe en deux compartiments : le fonds euro, et les unités de compte.

Quand vous investissez dans des ETF depuis un contrat d'assurance-vie, cela se fait depuis le compartiment "unités de compte".

Vous devez donc payer des frais annuels de gestion des unités de compte dessus – un type de frais qui n'existe pas sur le PEA.

Vous pouvez aussi acheter vos ETF depuis un compte titres, mais vous ne profitez alors pas de la fiscalité avantageuse du PEA.

PEA de Fortuneo

Fortuneo propose plusieurs offres de bourse, dont un PEA très intéressant aux tarifs attractifs et un excellent service client.

Si l'idée de choisir et de gérer vous-même vos ETF vous rebute complètement, vous pouvez aussi décider de passer par des robo-advisors comme Nalo. Vous déléguez complètement la gestion de votre portefeuille d'ETF, mais en contrepartie, vous payez des frais plus élevés.

En résumé : acheter des actions, une mauvaise idée ?

Vous l'aurez probablement compris : acheter des actions individuelles est malheureusement rarement une solution gagnante. Réussir à trouver la ou les actions qui feront décoller votre portefeuille relève plus de l'exception que de la norme.

Et quand il s'agit de placer son argent pour ses projets de vie ou sa retraite, est-ce qu'on veut vraiment tout miser sur la chance ? Ou préférer des résultats "dans la moyenne" mais aussi historiquement intéressants ?

Si vous êtes malgré tout tenté par l'aspect plus "sexy" de l'achat d'actions individuelles, rien ne vous empêche de le faire (et certainement pas moi : mon but n'est pas de vous dire quoi faire).

Sachez par contre qu'il est souvent recommandé de ne pas avoir plus de 10% d'actions en direct dans son portefeuille. Vous pouvez donc "jouer" avec une petite partie de votre capital, et placer le reste sur des fonds de type ETF.

Personnellement, j'ai quelques actions Apple en direct que j'ai pu obtenir à prix réduit quand j'y travaillais. Et honnêtement, ces actions m'ont bien rapporté jusqu'à aujourd'hui. Et pourtant, la quasi-totalité de mes investissements en bourse sont des ETF – et ce n'est pas près de changer.

Attention

Cet article est uniquement destiné à l'information. Avant de prendre des décisions financières, consultez un (vrai) conseiller financier.

Investir comporte un risque de perte.

Finary - Mobile appFinary - Mobile app

Suivez vos investissements 👀
En seulement quelques clics

Chez Moneylo, on aime le simple et (très) efficace. Avec la plateforme Finary, vous pouvez suivre vos investissements et votre patrimoine en temps réel, depuis votre ordinateur ou votre smartphone. Comptes bancaires, PEA, assurance-vie, compte-titres, et même cryptos ou immobilier : tous vos placements sont regroupés au même endroit.

Commentaires